Vietnam – Le Tonkin

A la découverte des Minorités Ethniques

du Haut Tonkin – Vietnam

L’histoire a commencé en 2011 lorsque j’ai regardé l’émission de Frédéric Lopez au Vietnam, à la rencontre des « Lolo noirs ». Quelques mois plus tard je partais seule pour découvrir ces paysages et les minorités ethniques  du haut Tonkin qui m’ont fasciné lors de ce voyage télévisé. Vous imaginez bien qu’il ‘était impossible pour moi de rester dans mon canapé et ne pas aller touché de plus près ce que je découvrais derrière mon petit écran.

Evidemment ce voyage s’est vite transformé en un voyage de repérage photo. Il était impossible pour moi de ne pas partager cette MAGNIFIQUE aventure.

Je suis retournée quelques mois plus tard car il fallait absolument approfondir le sujet. Ce 2ème voyage en solo m’a permis de découvrir le Haut Tonkin avec un autre regard : celui des vraies valeurs et des rapports simples
Les  journées seront rythmées par les lumières si particulières à cette partie du monde et les couleurs extraordinaires qu’elles donneront aux clichés que j’ai ramené ; et, bien entendu, par la dégustation des innombrables délices de la cuisine Vietnamienne… Chez l’habitant !

Défi photo Voyage photo Vietnam

Marché de Bac Ha

Scènes de vie, marchés, portraits, paysages et plusieurs nuits au même endroit m’ont permis de profiter pleinement des lumières de l’aube et du coucher plus favorables qu’aucune autre aux belles prises de vue. – La rencontre avec ces minorités ethniques m’ont apporté une vraie dimension culturelle. Elles m’ont éclairées sur la connaissance des coutumes et de l’histoire du Vietnam

J’ai été reçu comme une princesse, les nuits chez l’habitant d’un confort rudimentaire étaient bercées par les bruits enchanteurs de la nature. Les maisons traditionnelles en bois de teck sont de toute beauté. Je crois que j’ai mangé des nems à chaque repas et j’ai le souvenir qu’ils n’ont pas eu 2 fois la même saveur. La délicieuse cuisine Vietnamienne dans un cadre chaleureux où les familles des différentes Ethnies n’ont pas leur pareil pour nous accueillir.

HaNoï Une capitale en équilibre entre 2 mondes

Chapeaux VietnamL’arrivée Ha Noï est inoubliable ! le premier contact avec la vie trépidante des vieux quartiers de la ville et des 36 corporations qui y vivent. Je ne peux pas m’empêcher, je suis transportée par le souvenir de l’ambiance du film « l’amant » avec le voix. A pied ou en cyclo pousse, j’ai écumé la moindre ruelle où 10 m de trottoir traversent un siècle d’histoire.

Le capteur de mon appareil photo est au anges, malgré les problèmes de condensation qui se forment dès que je quitte ma chambre d’hôtel climatisée pour retrouver les 35°C de l’extérieur et un taux d’humidité qui avoisine les 90% auquels il faudra s’habituer.

Je passe la matinée de découvrir les principaux sites d’Ha Noï : la Pagode de la Défense de la Patrie, le Temple de la Littérature (prodigieux !), le Pont Paul Doumer… Autant de sujets photos où seul l’imagination a ses limites.

Lac Thac Ba

Excursion en bateau motorisé (environ 2h-3h) : découverte des pêcheurs (de crevettes ou de poissons) et de leur technique de rame « au pied ». Visite de quelques unes de leurs maisons, isolées dans les îles, où ils vivent de la pêche et de l’élevage. Retour à la maison de notre hôte et, en fin de journée – aux heures de belle lumière – petite balade au village dont vous rencontrerez les habitants pour partager un moment de leur quotidien.
Diner & nuit chez l’habitant.
Le lac de Thac Ba est lié à la construction du barrage hydro-électrique éponyme qui s’est achevée en 1970. Il s’étend sur une superficie de 23400ha dont 19050ha d’eau. Ses dimensions (80km de long et 30km de large) lui confèrent une contenance variant de 3 à 3,9 milliards de m3 d’eau. Environ 1300 îles y sont disséminées et il est peuplé par plusieurs ethnies : Dao à pantalon blanc, Tay, Cao Lan…

Lac Ba Be

Au village des Dao, niché entre plantations de palmiers et rizières, je poursuis mon fabuleux voyage en direction du lac Ba Be par la région de Tuyen Quang et Thai Nguyen et leurs collines de thé vert. Je traverse le bourg bourg de Son Duong et étape à Tan Trao (où les troupes d’Ho Chi Minh se cachaient pendant la bataille de Dien Bien Phu entre 1946-1953). Je suis subjuguée par les paysages de Cho Chu à Cho Don et Bang Lung par une route de vallées, de forêts et de rizières . Paysages parsemés de paisibles villages ethniques (dont les maisons sur pilotis bâties autour de pitons calcaires) au gré de vos envies.  Je suis arrivée à Ba Be en fin de journée. Fatiguée, je vais m’endormir dans une magnifique maison en teck, la tête pleine de clichés enchanteurs.

Voyage photo dans le haut Tonkin à la frontière Chinoise

Voyage photo dans le haut Tonkin à la frontière Chinoise

Non il n’y avait de nems au petit déjeuner mais des crêpes au miel préparées par la maîtresse de maison. Je pars pour une journée de cabotage au fil de l’eau entre des monts karstiques, des pêcheurs tirant leurs filets, et bien d’autres images aux reflets changeants… jusqu’au hameau Cam, de l’ethnie Tay, pour une visite à pied avant une remontée en bateau sur la rivière Nang, jusqu’à la Grotte Puong.

Je prendrai mon déjeuner chez Monsieur Pirate, une figure de la région. Balade à pied et en bateau me donne une sensation de liberté rare ! Je déclenche tranquillement au grès de mes émotions et des rencontres.

Le lac de Ba Be – Trois Baies – se situe dans le Parc National de Ba Be, province de Bac Can. C’est l’un des lacs naturels d’eau douce le plus grand dans le monde (8km de long et 1 km de large), il s’étend sur une superficie de 650 ha et sa profondeur moyenne est de 20 à 25m. Il est entouré par une forêt primitive et des montagnes calcaires à la végétation luxuriante : les racines des arbres s’y avancent dans l’eau et obligent les piroguiers à l’usage d’une force tranquille pour ne pas y abîmer leur filet de pêche ou leur embarcation.
Une véritable thérapie anti-stress. Les jours se succèdent avec sereinement, évidemment mes photos s’en ressentent
En plus des rencontres avec les ethnies Tay et Dao, la route empruntée me permet d’admirer, juste avant Tinh Tuc, des paysages de « pains de sucre » exceptionnels.
Une étape que je n’avais pas prévue ! Génial, j’adore les surprise ! Du pont de Kim Cuc, environ 12km avant notre arrivée à Bao Lac, je pars pour une petite marche de 6 kms vers un village d’une trentaine de maisons de San Chi, une ethnie minoritaire très proche des Dao, portant une tenue noire en chanvre. Les San Chi y vivent d’une façon très rudimentaire et on y voit encore beaucoup d’animaux attachés aux pilotis de leurs habitations.

Le marché de Bao Lac sans canard laqué

Il se tient tous les 5ème jours de leur calendrier lunaire. A part le chien Laqué qui me retourne l’estomac, les marchés locaux sont riches en scène de vie du siècle dernier ! Je ne vais pas trop m’y attarder mon animal de compagnie transformé en spécialité culinaire ne fait pas partie de ma vie d’occidentale que je ne peux renier. Je préfère poursuivre ma route vers Dong Van et Ha Giang

Une route sinueuse me conduira au Palais du roi Mong, d’une architecture singulière, puis à Sung La, une petite bourgade bariolé d’où je visite le village Mong de Lo Lo en traversant des champs de rosiers. Je suis invitée par une charmante dame et pénètre dans une ancienne maison typique, en bois et en argile (qui a servi de décor au film « L’histoire de Pao »). Toute la journée je ferai des rencontres improbables à la découverte des ethnies locales tout au long de la route vers le village de La Chi.

Le marché de Bac Ha

En 2011, je ne le sais pas encore mais j’y retournerai 2 fois par an pendant 4 ans. Je commence ma journée par une randonnée pédestre au départ de la maison de mon hôte.

Le sentier quitte le village de Na Hoi Nung pour traverser des plantations de pruniers et de maïs dans une vallée aux superbes paysages d’un vert tendre (de toute beauté !) et gravit ensuite une côte assez rude à travers champs pour rejoindre une route caillouteuse menant au hameau de Ngai Thau. Au sommet, le panorama sur les rizières en escalier est d’un indescriptible ravissement pour les yeux… et les objectifs !

voyage photo VietnamLa descente m’amènera à Phec Bung, village de Mong Fleurs (Rien que le nom est à appel au voyage) vers une petite forge familiale et typique – doublée de la rencontre d’un musicien qui me présentera son art et son instrument : une orgue à bouche de fabrication traditionnelle Mong . Que de rencontres !

 

S’en suivra une succession de marchés locaux comme celui marché de Cam Cau. Cet événement très coloré se tient tous les samedis. Je croise toutes les ethnies locales : Mong Fleurs, Dao, Tay, Phu La, Nung… Il est fréquenté par toute la population locale qui y vient autant pour ses emplettes que pour sa convivialité. Il est organisé en plusieurs parcelles différentes : la nourriture, des tissus, des volailles, des animaux…

 

 

La Baie d’Ha Long

Je dois terminer ce périple en beauté. Ce sera la deuxième fois en 3 mois, mais peu importe . Qui n’a pas rêve de la sublime Baie D’Along.

J’embarque à Hai Phong (ville portuaire fondée par les Français à l’époque coloniale, son port est l’un des plus importants au Vietnam) sur un hydroglisseur jusqu’à l’île de Cat Ba, puis transfert en minibus vers Ben Beo, et en navette rapide jusqu’au village flottant de Cai Beo : Peuplé d’environ 300 familles de pêcheurs, c’est l’un des plus anciens du Vietnam et l’un des plus beaux de la Baie de Lan Ha. Une dernière petite navigation dans la baie entre les « pains de sucres  » en direction de Viet Hai. Je continue à vélo, plus rien ne m’arrête, l’ambiance et les paysages sont tellement magiques que je ne ressens même pas la fatigue.

Le moment tant attendu est arrivé, un peu de repos ! Mais pas n’importe lequel ! J’embarque enfin sur une jonque traditionnelle. Nous sommes 8 à bord (donc 4 membres d’équipage !) pour une croisière de 2 jours/1 nuit dans la Baie de Lan Ha, site naturel d’une beauté exceptionnelle parsemé d’îles calcaires. Je visite une ferme piscicole de poissons, calamars et crevettes, avant de mettre les voiles 🙂 vers L’île du Crapaud et jeter l’ancre – en zone autorisée – pour une paisible  soirée au calme…
cadre et composition. Apprendre la photo
Il est temps de retourner à Hanoï pour un vol international sur Paris. 3 semaines inoubliables et des centaines de photos . Lightroom va chauffer au retour. Je fais néanmoins une arrêt au village de Dinh Bang, au bord de la rivière Duong

Et puis incontournable la visite de la Pagode de But Thap (Tour du Pinceau) : l’une des plus grandes et des plus belles pagodes du Vietnam, décor d’une petite scène du film « Indochine ».

Mon deuxième périple dans le Tonkin s’est achevé avec une irrésistible envie d’y revenir, je que je n’ai pas manqué de faire tous les ans. Peut être que j’y retournerai un jour…

Si ce récit vous a plu, laissez un message si dessous