Réussir une belle photo – la composition – Partie I

Les 10 points incontournables pour composer une belle photo

(Partie 1)

Une photo qui sort du lot est un savant mélange de 20% de techniques photos contre 80% de créativité. Maîtriser la composition d’une photo vous  permettra d’avoir les bonnes cartes en main pour faire des photos qui ont une âme » ! Marie-Ange

Il s’agit, ici, de répertorier les grands points à connaitre pour une bonne composition d’une image. Mais un pavé de 1000 pages pour faire le tour du sujet ne suffirait pas. Je vous propose d’aborder ce sujet en plusieurs volets, afin de ne pas vous « prendre » la tête, qui est la devise de ce blog. De mettre en pratique au fur et à mesure.

  • Apprendre à composer, c’est apprendre à regarder !
  • Et …composer une image, c’est 80% d’une bonne photo

Lire c’est bien, appliquer c’est mieux !

Je vous propose de suivre cette première partie

Nous allons, maintenant, faire nos premiers pas sur le terrain du cadrage et de la composition d’une image. Au fur et à mesure que nous ferons connaissance avec la démarche photographique, nous approfondirons les points qui le méritent. Je vous propose de vous abonner au blog pour être prévenu de son actualité et ne rien perdre de la chronologie des astuces et conseils. Profitez-en c’est GRATUIT !

Imaginez que vous êtes en voyage photo, au bout du monde, avec votre guide photographe préférée

Qu’est-ce que la composition d’une image?

La composition est régie par certaines règles scientifiques qu’il faut connaitre, non ne partez pas !

C’est, aussi et surtout, un acte créatif qui consiste à disposer dans son cadre le sujet que vous avez décidé de photographier d’une façon qui soit agréable à l’œil. C’est dans le cadre du viseur que se construit votre image. Le défi consiste à organiser votre image. Elle va être composée de votre sujet et de ce qui l’entoure (son environnement). Le résultat doit être une image visuellement cohérente et harmonieuse.

Pour arriver à ce résultat, il y a des règles à respecter . Vous allez prendre une succession de décisions concernant différents paramètres :

  •  Le centre d’’intérêt de votre image (votre sujet)
  • ·Le choix de l’objectif
  • Où vous placer avec votre appareil ?
  • Quel environnement ?
  • Et nous y voilà, quelle histoire vous voulez raconter au travers de cette image ?
  • Pour cela demandez-vous “qu’est-ce que je vais inclure dans le cadre du viseur et qu’est-ce que je vais exclure ?”
  • A quel moment je vais déclencher ?

Vous êtes seul à prendre toutes ces décisions qui feront que votre image sera unique.  Et vous pensez « le temps que je trouve toutes les réponses à ces questions, le soleil sera couché, la vendeuse de fruits aura remballé son étal…. » Mais ne soyez pas inquiet ! Une chose à la fois !

Avec toutes ces règles à respecter, où se situe la créativité dont je vous parle sur ce blog ?

Les règles sont scientifiques. Bien maitrisées, elles sont faites pour être transgressées et c’est là qu’intervient la notion de créativité. YOUPI ! Mais avant de vous lâcher, il faut apprendre et maitriser…

Avec l’expérience et la pratique, vous apprendrez à créer rapidement des compositions originales, marquantes et propres à votre sensibilité et votre style.

Créatif OK ! Mais avant de laisser s’exprimer votre sensibilité, il est de mon devoir de vous apprendre les fondamentaux et quelques règles ou faire une révision pour certain d’entre vous.

On arrête le baratin et nous entrons dans le vif du sujet

C’est parti pour un tour d’horizon 5 premiers points fondamentaux

 

1 – Choix du sujet

C’est autour de lui que tout va s’articuler. Vous avez réagi à une émotion, votre œil est attiré par un détail dans votre champ visuel. Voilà un bon départ. Vous souhaitez faire une photo, mais quelle est votre intention ?

Votre image doit traduire cette émotion ….. Que ce soit de l’émerveillement, de la colère, du bonheur, de la peur, de l’étonnement, de la tendresse …..

2 – Règle des tiers

Vous déterminez le sujet principal que vous désirez mettre à l’honneur sur votre image. Cela peut aller d’un infini détail à l’immensité d’un paysage. Mais c’est exactement ce que vous voulez montrer, mettre en avant. C’est là qu’intervient La règle des tiers qui est le grand classique de la photographie. Il s’agit d’une règle simplifiée de la règle du nombre d’or que nous verrons dans un prochain cours. Le nombre d’or n’est pas une invention du XXIème siècle. Léonard de Vinci a créé la Joconde en appliquant cette règle. Elle est de nos jours utilisée en architecture comme en peinture.

En photo, le temps de réalisation est trop court pour que l’on puisse strictement l’appliquer. On utilise donc une version simplifiée que nous appelons la règle des tiers. Il s’agit d’une répartition des proportions de 1/3 pour 2/3.

Concrètement, Vous tracez ou imaginez deux lignes horizontales et deux lignes verticales. L’intersection des lignes est ce que l’on appelle les points de force. Notre œil est irrésistiblement attiré par ces 4 points. Le sujet que vous souhaitez mettre en valeur doit être sur un des points de force.

  • Les lignes de force
  • Les points de force

regle des tiers

 

 

De la même manière votre horizon ne sera jamais centré au milieu de votre photo comme le fond 95% des photographes novices. Vous placerez votre horizon sur l’une des deux lignes horizontales. A vous de déterminer si vous souhaitez privilégier un ciel magnifique ou par exemple la mer. 1/3 de ciel et 2/2 de mer ou l’inverse

Dans les deux cas, ne soyons pas scolaire, nous ne sommes pas au millimètre. Mais il faut vous rapprocher au plus près de cette règle de composition. Cela donnera de la force à votre image et une compréhension dans la lecture de celle-ci. Cependant il y a un bémol. Faites attention que votre image ne soit pas trop vide sur l’autre partie sauf si c’est volontaire comme l’image si dessus. J’ai voulu mettre en valeur les deux palmiers.

Un exemple en image. Pour un portrait en gros plan, nous allons chercher l’œil de la personne pour le positionner sur un point de force

village du lot

 

3 – L’importance du fond et profondeur de champ

C’est une notion capitale dans la création d’une image. Le fond de l’image a autant d’importance que le sujet car il peut représenter jusqu’à 80% de l’image. Nous allons parler de la profondeur de champ. Lorsque vous allez terminer ce paragraphe, vous allez vous rendre compte que cette notion est la clé de toute image. Vous pouvez la rencontrer partout en photographie mais aussi au cinéma. Après avoir lu les explications ci-dessous, vous ne verrez plus la télévision de la même façon.

Il est primordial même à ce stade de l’apprentissage de la photographie de bien saisir ce qu’est la profondeur de champ. La PdC (profondeur de champ) est la distance entre le premier plan et le dernier plan net. Elle se contrôle par l’ouverture du diaphragme et constitue l’une des fonctions créatives mis à la disposition du photographe. mais nous verrons son application qui donne lieu à un cours complet. Il s’agit pour le moment de comprendre ce qu’est la PdC.

En règle générale

  • Plus l’ouverture du diaphragme est petite (f16) plus la PdC est grande. Un paysage demande que l’image soit nette du premier plan au dernier plan (arrière). Il faut fermer le diaphragme à f16 pour obtenir une PdC maximale. La photo ci dessous est nette du premier plan au dernier plan

riziere web1

  • Plus l’ouverture du diaphragme est grande (f2.8) plus la PdC est petite. La mise au point a été faite sur le visage, en ouvrant au maximum mon diaphragme, on obtient un arrière plan flouté et met en valeur le portrait. L’arrière plan est en réalité un feuillage. Un portrait avec un arrière flou, c’est ce que vous souhaitez réalisez. Il a suffi d’ouvrir le diaphragme de l’appareil photo en grand (f2.8) pour obtenir un arrière-plan flou et mettre en valeur votre sujet

village du lot

Ne vous arrachez pas les cheveux, si la PdC est du chinois pour vous. Nous allons aborder tout en douceur la possibilité de réaliser ce genre d’image. A partir de maintenant et jusqu’à la prochaine leçon sur la PdC, regardez attentivement les magazines, les films, reportages ou feuilleton à la télévision et vous remarquerez que toutes les images fixes ou animés répondent à cette notion.

Comme le décor d’une pièce de théâtre, votre arrière- plan va situer votre sujet dans son contexte. Un arrière-plan non flouté donne une image confuse car on ne sait pas où poser notre regard. En plus d’une tenue vestimentaire locale, un arrière-plan avec un flou bien dosé va suggérer le lieu de la prise de vue tout en mettant en valeur notre sujet. Image ci-dessous

iStock-pecheuse

 

Ensuite vous allez faire le ménage. D’un coup d’œil avisé vous allez nettoyer votre image. Votre image ne doit pas induire la confusion. Chaque image doit raconter une histoire et une seule. Avant de déclencher assurez-vous que votre image n’est pas polluée par un élément qui pourrait perturber la lecture de votre image. Balayez du regard l’intégralité de votre image dans le viseur. Pensez à l’harmonie des couleurs de votre arrière-plan. Commencez à composer votre image comme un artiste peint un tableau.

4 – Mise au point

 

Il s’agit de la partie la plus nette de votre image. Elle correspond à un point fort (cf. règle des tiers). Voilà ! Les différentes notions que nous abordons commencent à s’imbriquer. Si le sujet principal n’est pas la partie la plus nette, le regard du lecteur ne se posera pas sur le sujet que vous voulez mettre en avant.

Maintenant vous commencez à comprendre qu’il est quasiment impossible de mettre en œuvre ces notions avec un appareil photo qui propose que le tout automatique. Avec tous les appareils photos, vous pouvez vous appliquer à soigner votre composition, à nettoyer votre image, à respecter la règle des tiers. Ce qui donnera déjà plus d’expression à votre image. Mais si vous souhaitez faire de la photo créative, il faut inévitablement avoir la main sur les fonctions d’un appareil photo.

Voilà la différence fondamentale entre prendre une photo et faire de la photo.

Regardons de plus près cette photo. La mise au point est faite sur le visage du petit garçon perdu au milieu de ce champs. En utilisant une grande ouverture du diaphragme, je réduis ma PdC au maximum. Tout ce qui se trouve avant le petit garçon est flou, ainsi que tout ce qui se trouve à l’arrière. Mon sujet est mis en valeur. Pour réaliser ce genre d’image vous devez être maître de la situation et ne pas laisser votre appareil photo gérer sa vie comme il l’entend.

village du lot

· Prendre une photo, votre appareil est le patron. C’est lui qui décide. Pas question de donner votre avis.

· Faire de la photo, c’est vous qui décidez. C’est votre cerveau et vos émotions qui vont créer l’image, pas l’appareil.

 

5 – Choisir son objectif

Le choix de votre objectif détermine l’angle de vue

· Un grand angle, exemple 50 mm va avoir un angle important avec lequel vous allez privilégier les paysages et la photo d’architecture. Les objectifs grands angles apportent un angle de vue plus grand et réduit la taille du sujet. Les très grand-angle (14-20mm) peuvent être utilisés pour la photo d’intérieur.

· Les téléobjectifs quant à eux possèdent un angle de vue plus restreint et grossit votre sujet. A partir de 80mm, ils sont idéaux pour les portraits. Pour les voyageurs, l’objectif idéal en ce qui me concerne est un 70-200mm avec une ouverture à f2.8. Nous l’avons vu plus haut, cette ouverture permet de faire de joli flou d’arrière-plan, que l’on appelle un « Bokeh »

· Les objectifs fixes ou téléobjectifs de plus de 300mm sont “les indispensables” pour la photo animalière.

schema-angle

 

 

Pour en savoir plus

  • Les 10 points incontournables pour composer une belle photo (Partie 2)
  • Nous aborderons prochainement les lignes de fuites. Elles servent à guider votre regard et donner du relief à vos photos. Cette notion est un peu plus complexe mais très utile, elle méritera quelques explications …

En conclusion

Je ne vous le rappellerez jamais assez, la photographie s’apprend sur le terrain, avec beaucoup de pratique. On peut apprendre la photo dans un livre ou sur le net,  ce que nous allons faire sur ce blog progressivement. La théorie sur des supports papiers ou vidéo est excellente pour assimiler les notions de bases indispensables. Mais vous deviendrez un bon photographe avec de la pratique, en participant à des ateliers de critique photos, en partageant avec d’autres photographes de tous les niveaux. En partant en voyage et en pratiquant la photographie sur le terrain.

Assimilez les 5 premiers points indispensables que nous venons d’évoquer. Mettez en pratique tous ceux que vous pouvez suivant votre matériel photo et surtout amusez vous. Prenez du bon temps pour apprendre à faire de la photo. Ensuite vous passerez à la partie 2 du module sur la composition (Les 10 points incontournables pour composer une belle photo – Partie 2)

Pour aller plus loin et faire des photos qui sortent du lot en employant les secrets de la composition, cliquez ici ou sur l’image !

visuel-sous-les-articles-sur-la-creativite

Vous rencontrez un problème, une notion à éclaircir, une question a poser, cette première partie vous a plu, laissez un commentaire ci dessous

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

13 commentaires à propos de “Réussir une belle photo – la composition – Partie I

  1. Bonjour Marie-Ange,
    Récemment inscrite à votre « newsletter » (merci Antoine et merci à vous pour tous ces articles enrichissants) et ne sachant pas trop où envoyer ma demande… Voilà, je craque pour la photo de la petite fille, à la mine boudeuse… M’autorisez-vous à m’en servir pour modèle pour un prochain dessin aux graphites (que je vous montrerai bien évidemment en avant-première)?
    Par avance merci pour votre réponse,
    Walli

    1. Bonjour Sophie, merci pour votre fidélité. Cette photo de la petite fille boudeuse a un succès interplanétaire, enfin en France et au Cambodge. Elle a été prise sur une plantation de poivre du Sud Cambodge. Pour ma part je ne vois pas d’inconvénients pour utiliser cette photo car le fait de demander et de respecter la propriété d’auteur est devenu rare et je vous en remercie. Sous prétexte que le partage de l’image est devenue aussi facile avec internet, on en oublie que derrière chaque image il y a un auteur. Cependant il faut demander l’accord final à Antoine car je lui ai cédé les droits du coeur pour cette photo. Au plaisir de lire vos commentaires qui m’encouragent à offrir à mes lecteur du contenu gratuit qui je l’espère est de qualité !

  2. Bonjours marie ange, si tu le permets, j’ai noté une petite erreur sur le grand angle, c’est au dessous de 50 mm, à partir de 35 mm on peu considéré qu’on est plus large que la vision humaine.

    1. Alain, je vois que tu as lu l’article en entier, et là bravo !
      Alors explication, Je suis d’accord avec toi, mais avant de faire une correction voilà :
      Je ne parle pas de la notion de la vision humaine, ce qui est peut être un tord. Mais ce que je dis n’est pas faux. On peut utiliser un 50 mm ou moins pour le paysage et les supers grands angles réduisent le sujet

      Mais Attention pour moi et tous les photographes professionnels le 50mm correspond à la vision humaine car j’utilise un boitier 24×36 (full frame) qui est le vrai standard photographique.
      Pour les capteurs APS qu’utilisent la majorité des photographes amateurs il faut multiplier par 1.4 et là effectivement la vision humaine s’apparente plus au 35 mm. A ce stade de l’apprentissage je ne veux pas rentrer dans les détails. Pour cette raison, je donne des notions de grandeur sans parler de la vision humaine.

      Cela dit, on est pas à l’abris d’une « boulette » et ces précisions sont utilies Donc des fidèles lecteurs qui veulent éclaircir des ombres, ça fait avancer les choses. Merci Alain…

  3. Je découvre ce blog et surtout cet article et je suis émerveillé par la manière de nous guider dans la composition d’une photo ! Cet article est super didactique, avec des exemples évidents, tout en employant un langage compréhensible. Surtout il met bien en évidence tous les questionnements de l’apprenti photographe lorsqu’il cadre son sujet sans trop deviner le résultat final. Voilà une bonne base de réflexion et d’exercices pour enfin faire des photos personnalisées ou créatives.
    Merci Marie-Ange et j’ai hâte de consulter tes autres cours sur la PdC et la suite.
    Cordialement !
    Gérard

  4. Merci Gérard
    Guide photographe de voyage, je forme des apprentis photographes sur le terrain depuis quelques années. Je suis confrontée aux problèmes de chacun en direct. L’idée de créer un blog pour l’apprentissage à la photo de voyage est née il y a quelques mois. L’objectif : offrir à un large public des explications simples afin d’acquérir les fondamentaux de la photographie. Le fait d’être confrontée sur le terrain aux inquiétudes des photographes amateurs doivent me servir à construire des articles, des tutos, des vidéos qui aideront chacun d’entre vous à progresser rapidement et de manière ludique. Merci pour vos encouragements !

    Marie-Ange

  5. Bonjour Marie-Ange,
    Je suis nouveau sur le Site et je découvre avec énormément de plaisir tous tes articles. J’ai par exemple, tenté le mode manuel sur mon Nikon, et depuis je n’utilise plus que cela ! Je suis en retraite en Chine depuis deux années où j’ai tout le loisir de te lire et d’appliquer tous tes conseils.
    Merci Marie-Ange ! Merci de m’aider à faire des photos dont je commence à être fier !

    Michel

  6. Merci Marie-Ange, j’ai suivi ton counseil « du côté de chez nous » de relire l’article 1 de la composition, a lire et relire et a mettre en pratique et avoir Toujours un appareil avec
    Soi!!!
    Hier au cours d’une ballade au bord de Loire, j’ai l’excercice des 10 photos avec un iPhone .
    C’est pas top…..
    J’ai un Nikon 5100 avec un objectif Nikkor 18-105mm
    Pour faire des photos de paysages c’est un peu juste?

  7. Bonjour Marie-Ange … je reprends ton article suite à ton commentaire pour le groupe « du côté de chez nous » car je prépare mon exercice pour ce week-end … il reste encore une petite coquille dans ce texte : « 1/3 de ciel et 2/2 de mer ou l’inverse » … je pense que tu veux dire 2/3 et non 2/2 … À plus tard de l’autre côté.

    Gerard

Laisser un commentaire