Pratiquer la photo, un art de vivre

Une photo qui sort du lot est un savant mélange de 20% de techniques photos contre 80% de créativité. Connaître son sujet vous permettra d’avoir les bonnes cartes en main pour faire des photos qui ont une âme » ! Marie-Ange

Ce que la pratique de la photo va vous apporter dans votre quotidien… Un art de vivre !

Pratiquer la photo régulièrement  apporte bien–être et confiance en soi. Bien utilisée, cette activité aide aussi à s’exprimer et facilite le rapport avec l’inconnu : un véritable ART DE VIVRE !

Faire de la photo d’une manière régulière va développer des facultés telles que la patience, la persévérance, la motivation,  vous rendre plus téméraire et réceptif aux signaux de la nature et des êtres vivants qui nous entourent.

Que de vertus ! Faire de belles images et apprendre à faire de la photo est à la portée de tous. Nous pouvons la pratiquer à moindre coût. L’ère du numérique nous offre la possibilité de créer des images à l’aide d’un appareil photo que nous utilisons tous les jours, exemple notre smartphone. Un petit investissement et nous voilà avec un nouveau compagnon de route, un compact, un Bridge ou un Reflex allant de quelques dizaines à quelques milliers d’euros.

Marchés deu monde et cité d'angkor-5En possession de votre appareil de « capture » d’images, il ne vous en coûtera plus rien puisque qu’il n’y a plus de développement ou tirage à prix exorbitant. Vous allez pouvoir vous adonner à notre passion sans retenue. Mais attention, il faut déclencher moins pour gagner plus en qualité. A « Côté de chez vous » ou au bout du Monde, votre terrain de jeu n’a pas d’autre limite ou frontière que celle de votre imagination.

Photographe professionnelle depuis quelques années, forte d’années d’expérience sur le terrain, animatrice d’Ateliers et stages photos, Je souhaite développer de mon approche inédite « La photo et le développement personnel ». Au-delà du plaisir de transformer notre vision du monde en 3D pour l’interpréter en 2D, la pratique assidue apporte bien être et créativité.

Après quelques années d’activité (animatrice en formation photo Online ou sur le terrain), mon approche est passée du simple apprentissage des techniques photos à une approche plus subtile qui aide chaque photographe amateur à se concentrer sur lui-même, à valoriser son développement personnel, à améliorer sa  relation avec le monde extérieur et, finalement, à transformer des photos banales en images qui dégagent de l’émotion.

Développons quelques exemples concrets…

 

La photo, un moyen d’expression

Nous ressentons des émotions lors d’une rencontre, face à un paysage ou une scène de vie quotidienne. Il peut être compliqué (pour bon nombre d’entre nous) d’exprimer cette émotion par des mots ou par tout autre langage corporel.

Savez-vous quelle est la différence entre une photo et une bonne photo ? Lors d’un voyage une photo banale va nous montrer une personne en habits traditionnels alors qu’une bonne photo va nous parler de cette personne. Là est toute la subtilité. Au-delà de l’apprentissage des bases de la photographie (que l’on veuille ou non, il s’agit des fondations de la pratique de photos créatives), avec la réalisation d’une image techniquement réussie, il y a cette image qui va sortir du lot. Pour cela, il est indispensable d’avoir le cœur à la place du viseur.

Il y a quelques mois, je me suis lancée un défi sur le thème « 1 image, 1 histoire » pour retracer 20 ans de voyages à sillonner la planète. Pour cela, j’ai choisi « 52 images » représentatives de cette période riche en émotion.  Chacune de ces images présente un ressenti, elle m’aide à  trouver les mots, l’histoire du moment de ma vie que raconte cette image. C’est un exercice que je vous conseille de mettre en œuvre, riche de sens pour chacun d’entre nous. Ne dit-on pas qu’il faut avoir un passé pour se construire un avenir ?

Vaincre sa timidité !

 

Marchés deu monde et cité d'angkorFaire de la photo de portrait sur les « marchés du monde » ou immortaliser des scènes de vie dans la rue est un excellent exercice qui nous incite à « aller vers l’autre ». Il s’agit certainement de mon terrain de jeu favori, que je sois seule ou accompagnée. J’y entraîne mes stagiaires ou mes amis avec un plaisir avoué. Les moins téméraires auront la boule au ventre à l’idée de photographier des inconnus sans se cacher. L’appareil photo fait évidemment partie du jeu, mais il doit se fondre dans notre approche. Nous ne sommes pas des Paparazzis ! Il n’est pas question de se cacher derrière un arbre et encore moins de donner l’impression d’agresser. Un sourire ouvre bien des portes et nous sommes tous foncièrement bon… enfin, j’aime à le croire !

Il n’est donc pas très compliqué de sourire à une marchande de fruits ou un vendeur de poisson. Si votre sourire est sincère, il y a quand même beaucoup de chances pour qu’ils vous  le rendent en retour. Cela suffit à établir le 1er contact.

Si vous êtes à l’autre bout du monde, ne pensez pas que la langue soit une barrière, bien au contraire. Tout se passe dans le regard et l’expression du visage. Il vous suffit de dire ce petit mot banalisé et pourtant plein de sens : Bonjour,  Hello, M’bola Tsara ou autre Xin chao…

Intéressez-vous sincèrement à ce que fait la personne que vous abordez, un artisan ou le vendeur d’un étal de marchandises.

Renouveler l’expérience autant de fois que possible ! Chaque nouvelle occasion et chaque nouvel échange vous confortera dans le sentiment qu’il est finalement facile de « demander » pour prendre une photo. Je peux vous assurer que vous n’essuierez que peu de refus. Si c’est le cas, de loin en loin, il est juste nécessaire de respecter la liberté de chacun. Même un refus mérite un sourire et un merci ! L’application de cette démarche a fait ses preuves au fil du temps chez la majorité des stagiaires et les a aidé à vaincre leur timidité.

La joie que vont vous procurer toutes ces rencontres et le partage de ces instants pour ces images – non volées ! – va vous aider à prendre confiance en vous et à grandir intérieurement.

 

Prendre confiance en soi…

 

Publication Magazine Geo GEOL’apprentissage de la photo  est un véritable outil pour « emmagasiner » de la satisfaction. Les débuts en photographie peuvent engendrer de la frustration si l’on a la mauvaise idée de comparer ses images avec celles des photographes des célèbres Magazines, GEO ou National Geographic.

Après avoir pris l’engagement   de mettre en œuvre un programme pour  réaliser de meilleures photos, un peu de volonté, de persévérance et beaucoup de pratique sont nécessaires. La progression (et l’évolution artistique et créative) de nos propres images nous prouve que nous sommes capables d’atteindre les objectifs fixés. Quelle satisfaction lorsque les amis, la famille ou autres « J’aime » sur Facebook nous prouvent que nous réalisons des photos qui plaisent, nous apportent une reconnaissance du travail accompli et témoignent de notre créativité aiguisée.

Atteindre ce stade consolide la confiance en soi, la même qui nous fait parfois défaut dans nos rapports  quotidiens avec  la société.

Gérer ses émotions…

Pour aborder ce thème, je vais vous raconter une anecdote. Cette situation s’est produite récemment, lors d’un voyage dédié à la photo, au Cambodge.

« Nous sommes à la fin d’un voyage photo de 15 jours. Les photos-voyageurs (et amis) qui m’accompagnent au pays des sourires ont décidé, pendant ce voyage, de progresser en photo – avec une amie photographe, ils auraient tort de s’en priver. Ils ont tous fait des progrès fulgurants durant cette quinzaine photographique.

Les bases techniques de la prise de vue (acquises, pour la plupart, en suivant mes conseils sur le Blog Apprendre La Photo De Voyage) ont permis de passer au « stade N°2 » de l’approche photo : la créativité, notion qui va faire la différence entre la photo et la fameuse bonne photo. Au moment précis où les « apprentis photographes » passent du mode « tout automatique » au mode « c’est moi qui décide », comprenez le mode « manuel ».

Nous sommes au bord du fleuve Mékong où se sont réunis des milliers de Bouddhistes. Une ambiance un peu déstabilisante, la foule, toutes les couches sociales de la société Khmère sont réunies, des millions de bâtonnets  d’encens créent une atmosphère hors du temps. Je demande au groupe de se disperser afin que chacun d’entre eux s’immerge dans cette ambiance propice à faire de magnifiques photos.

Soudain, un ami me rejoint catastrophé en constatant que toutes ses photos sont floues depuis près d’1/4 d’heure. Il n’est plus capable de faire une photo nette…

Après avoir regardé son boîtier et vérifié les paramètres de prise de vue, tout semble correct. L’expérience me pousse à remonter jusqu’à la dernière photo nette enregistrée et force est de constater que la photo en question est extraordinaire. Cette image dégage une émotion hors normes !

Pas de doute, cette image est LE PROBLÈME !

Mon ami photographe ne sait pas gérer ses émotions.  

Il a saisi le regard (profond et tellement expressif !) d’un enfant vendant des fleurs de Lotus pour faire des offrandes à Bouddha, dans une lumière magnifique où la fumée de l’encens devant son visage renforce le côté mystique de la scène. Notre photographe a su saisir « l’instant décisif » et traduire l’émotion du moment par la technique.

En dehors de la rencontre avec son sujet, la photo l’a touché « au cœur » et il est surpris de ressentir ce genre d’émotion.  Il avoue ne pas arriver à effacer le regard de cet enfant de son esprit. En fait, techniquement, l’émotion l’empêche de stabiliser son appareil photo et créée du « flou de bouger ».

A la recherche de la belle photo, il s’est concentré sur des attitudes précises de scènes de vie qu’il n’aurait peut-être pas remarquées en déambulant sans intention photographique au milieu de cette foule de fervents.

2 attitudes à avoir dans ce cas de figure :

  • Laisser la tempête se calmer, abandonner l’idée de faire d’autres photos durant le temps nécessaire pour passer à autre chose et profiter de ce moment hors du temps.
  • Canaliser ses émotions (car nous devons repartir dans ½ heure et ce genre d’ambiance ne se reproduira plus de sitôt, surtout à 12000 kms de son pays !) et continuer à faire de la photo. Dans ce cas, il faut savoir prendre sur soi, contrôler son émotion, par la respiration où tout autre technique possible.

Cette expérience lui servira dans sa vie quotidienne ! Faire de la photo en mode Reportage provoque des situations où l’émotion du moment peut être violente, triste ou euphorique. Dans tous les cas, la prise de vue sera compliquée ! Il y a aussi des paramètres techniques à mettre en place sur notre boîtier afin de compenser ce flou de bougé dû à l’émotion, mais là n’est pas le propos de cette démonstration.

« A côté de chez nous » ou « Au bout du monde »

La pratique de la photo à ceci de merveilleux qu’il est possible de pratiquer cet art à peu près n’importe où sur notre planète, au coin de la rue ou à des milliers de kilomètres de chez nous.

Évidemment, j’ai fait de la photographie mon métier, passionnée de photos de voyage, je  vous conseille de vous équiper d’un appareil photo Reflex ou Hybride pour quelques centaines d’euros afin  de disposer d’un mode « C’est moi qui décide » (entendez « manuel ») afin d’être maître de vos réglages et faire de la photo vraiment créative.

Les bases fondamentales de la photo, telles que le cadrage et la composition de l’image peuvent cependant être appliquées aux images d’un simple Smartphone.

« A côté de chez Nous » ou « Au bout du monde », nous avons des sujets sans limites pour nous adonner à cette activité créative. Se faire plaisir, s’amuser et s’épanouir sont les finalités de cette pratique. La photo numérique (contrairement à l’argentique) est un art qui s’est démocratisé pour devenir  accessible à tous.

Je conseille la photo de voyage (en opposition à la photo de studio) car cette spécialisation permet d’entrer en contact direct avec le monde qui nous entoure, les rencontres, la nature…

Elle nous oblige à franchir le pas de notre porte. Elle est une source de motivation supplémentaire pour faire de belles balades afin d’oxygéner notre corps et mettre de l’ordre dans nos idées. Elle est une solution pour s’épanouir par un mode d’expression créatif.

Les techniques de bases  sont accessibles à toute personne motivée et de bonne volonté. Libérée de ces contraintes d’apprentissage fondamental, l’activité devient rapidement une pratique relaxante et énergisante.

Soyez prudent, la pratique d’un loisir qui nous apporte autant de bénéfice pourrait bien devenir une addiction. Si certains d’entre vous ont encore des doutes sur la véracité de cet article, essayez par vous-même !

Ce sera la meilleure façon de tester pour dissiper vos doutes !

Pour aller plus loin et faire des photos qui sortent du lot en employant les secrets de la composition, cliquez ici ou sur l’image !

visuel-sous-les-articles-sur-la-creativite

Cet article vous a plu, laissez un commentaire en dessous, je vous répondrai !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

11 commentaires à propos de “Pratiquer la photo, un art de vivre

  1. Après avoir lu ton article, Marie-Ange, voilà ce que représente la photo pour moi :

    Un superbe lever du soleil coloré à photographier dès le saut du lit…. et j’oublie mes raideurs du réveil, voilà une journée qui commence bien !!!!
    Et pourtant je ne suis pas loin…. tout simplement dans mon jardin !!!

    Je suis du genre solitaire et mon appareil photo me tient compagnie, sur la table toujours prêt à faire feu …..
    Où autour de mon cou pour une petite ballade photos dans la campagne environnante !!!

    Je suis du genre réservée, la photo me permet de prendre confiance en moi, de faire passer des émotions…. et comme tu le dis si bien, quelle satisfaction quand une photo passée sur fb est « likée » par famille ou amis !!!!

    Je ne suis pas une experte, mes photos ne sont pas toujours au top…. mais je me fais plaisir …. j’en ai besoin !!!!

    Merci à mon fidèle compagnon de m’aider …… d’ailleurs il va falloir que je lui trouve un petit nom ……!!!!!!!

  2. Merci Denise pour ton « témoignage » ! Faire de belles photos est toujours une très grande satisfaction ! Une fois passé le stade de l’apprentissage des bases de la photo, certes pas très drôle à assimiler, mais pas si compliqué, il est un véritable art de vivre que de pratiquer la photo !
    A très vite et belles photos
    Marie-Ange

  3. Ton article, excellent, m’a fait m’interroger sur le « pourquoi je pratique la photo et qu’est-ce que ça m’apporte ? »
    C’est curieux, ce sont exactement les deux mêmes questions auxquelles j’ai du répondre lors de mon inscription au photo-club de ma petite ville.
    Au départ (il y a déjà quelques décennies…et c’était en Noir & Blanc) c’était un moyen d’évasion pour moi, une façon de voyager et de témoigner par mon regard sur les éléments. Des histoires que je me racontais plutôt à moi même car je montrais peu mon travail à l’époque.
    A cela s’ajoutait le plaisir de créer, par le développement des films et les tirages sur papier argentique.
    Ensuite est venu le plaisir du partage et de la communication. Rien de plus savoureux que d’entamer une conversation à côté de chez moi ou à l’autre bout du pays (voire du monde plus récemment) juste parce que l’on fait savoir à quelqu’un notre plaisir de le prendre en photo, ou parce-que l’on a exposé une image qui rappelle des souvenirs à quelqu’un. C’est vrai que bien que ne pratiquant pas la photo de rue par manque d’expérience, je n’ai essuyé que peu de refus.
    La pratique de la photographie est en moi, aujourd’hui je ne saurais vivre sans la pratiquer.

    En conclusion je dirais à ceux qui sont tentés, ou à ceux qui n’osent pas, lâchez-vous, profitez de cette merveilleuse époque ou l’on peut photographier sans compte, échanger et partager.
    La pratique de la photographie est tellement bénéfique, que c’en est presque une thérapie 😉

    1. Bonjour Philippe
      Voilà un commentaire riche en enseignement ! J’ai osé cet article car il me paraît indéniable que la pratique de la photo va au delà de la simple prise de vue pour rapporter un souvenir à la maison qui bien souvent restera au fond d’un disque Dur !
      La pratique de la photo (de voyage) peut simplement être une motivation pour aller pendre un bon bol d’air, ou un exutoire ou effectivement un thérapie pour accéder au bonheur que procure une rencontre improbable ou la satisfaction d’avoir fait une photo qui dégage une émotion. Car il est bien là l’objectif de cet article, prendre conscience qu’une photo techniquement réussie n’est rien si une émotion n’est pas au départ de la réalisation de cette image.
      Hier je suis allée visiter la galerie photo de Mario Colonel à Chamonix sur tes conseils. Cet homme est l’exemple type du photographe qui est réellement passionné par la montagne. Ces paysages en N&B prennent une dimension qui m’inspire le respect ! Chapeau bas !
      Merci Philippe
      A bientôt, Marie-Ange

  4. Ah ah, ça me fait plaisir que tu apprécies le travail de M.C., j’ai un laminage de lui accroché au mur de mon bureau; La chaine du Mt Blanc versant nord, c’est déjà un voyage…

  5. merci Marie-Ange pour toutes ces belles réflexions sur la photographie que je partage tout à fait;
    J’avais commencé par la peinture à l’huile, jeune, mais trop lourd à faire en extérieur, et isole trop si on reste chez soi.
    Puis j’ai fait quelques beaux voyages, et ramené quelques beaux clichés et effectivement ce qui m’intéressais , c’était de faire passer l’émotion que je ressentais, c’était l’époque de l’argentique et l’angoisse de la surprise au développement, avais je réussi?
    J’ai eu un peu de mal à me faire au numérique, c’est pour cela que j’ai eu envie de reprendre une formation photo de bases y compris le développement avec lightroom, et maintenant je me prend au jeu et je me régale; effectivement comme pour tout il faut bien posséder les techniques de bases pour les oublier, et bien connaître son appareil pour en tirer le meilleur profit, mais pour moi la course à la technique ne m’intéresse pas, je veux juste la course à l’émotion.
    à bientôt
    Annick

    1. Bonjour Annick
      Merci pour ton commentaire ! « La course à l’émotion »…. Voilà qui est bien dit !
      Bonne photo
      A très vite
      Marie-Ange

  6. Marie-Ange, tu touches mon problème essentiel : avoir assez confiance en moi et en ma maîtrise de l’appareil pour m’approcher des gens et valoriser leur expression. Merci pour tes explications claires et ton approche humaine de la photo. Béatrice

    1. Bonjour Béatrice
      Quand je suis hésitante dans mon approche pour photographier une personne, je commence par oublier mon appareil photo. L’objectif est de partager un « instant » même furtif avec un(e) inconnu(e) et dit toi que cette personne a de grande chance d’avoir les mêmes craintes que toi quand elle te voit arriver avec ton appareil à la main. Alors un sourire est souvent la clé du secret dans ton approche.

      Bonne photo
      Marie-Ange

  7. Bonsoir,
    En prenant la decision ce soir d’oser me lancer dans la photo je suis tombee sur votre blog et j’en suis ravie. En quelsues que lignes vous m’avez rassuree encouragee apaisee et confirmé qu’il est plus que temps de le lancer.
    Merci du fond du coeur.
    Marie

    1. Bonjour Marie et Bienvenue dans le monde merveilleux de la photographie. Si tu veux mettre toutes les chances de ton côté, la première chose à faire est de te fixer des objectifs afin de rester motivée et d’appliquer une méthode. Il y a tellement de techniques à apprendre qu’il est facile de s’égarer. Les techniques fondamentales ne sont pas nombreuses mais demandent d’être maîtrisées. Il faut faire son apprentissage simplement mais avec suite logique.
      A très vite
      Marie-Ange

Laisser un commentaire