Pourquoi la retouche photo est un passage obligé ?

Les fausses idées sur la retouche photo.

Après avoir lu cet article,

vous ne verrez plus de Post Traitement de la même manière !

Je vous ai promis un article pour vous expliquer en détail pourquoi la retouche photo est une nécessité pour faire de belles images. La photo numérique nécessite la maîtrise de  la prise de vue, et ne vous en déplaise, à priori, de mettre les mains dans un logiciel de Post Traitement est une nécessité.

Ce qui nous plait, quand on est passionné de photographie, c’est de sortir faire de la photo, la prise de vue, mais vous allez vite comprendre l’importance de la retouche qui existe depuis que la photographie est née.

Vous voulez faire de belles photos, il ne faut pas tourner autour du pot : Il y a un passage obligé et votre bête noire est le « Post traitement » pour faire de nos images des photos qui attirent vraiment l’œil. C’est pourtant formidable de pouvoir tout faire soit même !

Après avoir lu ces explications, vous serez convaincu du bien-fondé de cette action pour obtenir de belles photos. Il y a des aprioris sur cette technique pourtant nécessaire à la réalisation finale d’une bonne image. La bonne image est celle qui attire l’œil, celle que l’on ne voit pas partout, celle qui a votre « signature », je ne parle pas du tag sur le côté, je parle bien de la marque de votre créativité.

Pour s’en convaincre, il suffit de savoir que le post traitement est tout simplement la manipulation numérique de ce que les photographes de tout temps en argentique utilisaient pour le développement des négatifs !

Et oui ! Il s’agit quasiment de la même étape ! La retouche comme le développement sont intimement liés à la photographie et ceci depuis que la photographie est née qu’elle soit argentique ou numérique !

Quelques explications PRIMORDIALES pour bien comprendre la suite, elle vous permettra une meilleure compréhension de la photographie et d’éviter, je l’espère, la confusion qui règne au sujet du post-traitement et de la malédiction de la « retouche photo ».

Explications :

La bobine à l’intérieur d’un boitier argentique est emmenée chez un photographe (à moins d’avoir son propre laboratoire de développement). La bobine de 36 poses terminée, nous disons « je vais chez le photographe faire développer ma pellicule » et non « je vais faire retoucher ma pellicule ».

Cette phrase donne une bonne idée de la différence entre les deux !

Quelques jours plus tard nous récupérons une jolie pochette avec nos tirages papier, non retouchés, accompagnés de la pellicule développée et coupée en bande de 5 ou 6 morceaux.

Il n’est donc pas question de retouche et rares sont ceux (encore de nos jours) qui ont les moyens de faire retoucher un film ou un tirage (photo papier) car c’est une opération effectuée à la main et onéreuse.

Alors oui, la retouche existe en argentique et c’est un exercice de haute voltige. Opération pour laquelle seuls quelques « Artisans Retoucheurs », de vrais artistes, sont capables d’effectuer !

 

Ne pas confondre Développement et Tirage :

  • Le développement est la phase de création et d’obtention de la photo. En argentique, le développement est une suite d’opérations qui permet d’obtenir un négatif ou positif en utilisant des procédés chimiques. Ces opérations jouent sur la tonalité et le contraste, la couleur, le grain, etc… Ho ! Ho ! cela vous dit quelque chose !
  • Le tirage consiste à obtenir notre fameuse photo papier à partir d’un négatif.

Nous pouvons donc constater que toutes les techniques numériques (post-traitement) qui « imitent » ces procédés visent à obtenir un résultat de même nature et sont regroupées sous le terme « développement »

Les fausses idées et les aprioris sur la retouche numérique et le développement proviennent de la méconnaissance des techniques photos. A noter que les logiciels permettent la retouche – comme Photoshop ou encore mieux pour les photographes – LIGHTROOM – et également de faire des actions relatives au développement.

Ces notions sont plus difficiles à comprendre pour celui qui n’a jamais touché à l’argentique (comme moi ! Waouh ! J’ai attendu l’avènement du numérique pour me mettre à la photo !). Il est quand même aisé de comprendre qu’il faut maintenant arrêter de dire  que celui qui « développe, comprenez –retouche- ses photos en Post-traitement est un trafiquant d’images. Ces explications doivent effacer la confusion qu’il y a dans l’esprit d’un bon nombre d’entre vous !

Le seul problème et il est de taille, est que peu de personnes savent utiliser ces logiciels comme il se doit !

Pourquoi ? Le développement argentique s’est tout simplement numérisé. Et chacun va gaiement pousser les curseurs à fonds pour un contraste maximal et franchement de très mauvais goût !

Quand on utilise un logiciel comme Lightroom on ne fait pas de la cuisine pour le MESS, on est chez VERA ou BOCUSE. Que ce soit de la cuisine dite « Moderne » ou du « TERROIR » le résultat est une œuvre d’art, qui nous ravie les papilles, ce n’est pas les rations de l’armée !

Regardez cette capture de mon écran, qu’est ce que vous voyez ? L’onglet de retouche dans ce logiciel (qui pour moi est sans conteste le meilleur sur le marché mondial !) s’appelle

« DEVELOPPEMENT »

developpement capture d'écran lightroom

Un Onglet nommé « Développement » dans Lightroom ! Ce n’est pas le fruit du hasard !

Pourquoi Ligthroom ?

Le point positif : C’est le meilleur logiciel de retouche photo, accessible et efficace! Quelques heures d’explications simples suffisent à en tirer déjà un gros bénéfice dans le rendu de nos images. Un petit bijou et je considère que, bien utilisé, il révolutionne la photo numérique. Pas besoin d’être un expert. Je pourrais passer des heures à vanter ses mérites et les bénéfices que j’en retire au quotidien !

Le point négatif ! Il n’est pas gratuit ! Votre appareil photo n’est pas gratuit, une bonne formation n’est pas gratuite, apprendre un art ou pratiquer un loisir est un investissement en temps et financier !

Une évidence : « C’est tout beau, c’est parfait, ça tombe du ciel et c’est gratuit ! Ça n’existe pas ! On peut s’investir dans une passion avec de petits moyens, mais il y a un moment où ça devient inévitable.

Vous aimez marcher, une paire de tongs ou de baskets en toiles suffisent ! Mais si vous souhaitez faire de la randonnée il faut songer à un moment donné aller chez Décathlon pour s’offrir la paire de chaussures qui va nous aider à aller plus loin, pour voir de plus beaux paysages, pour fuir la horde de touristes et prendre soin de vos petits pieds et éviter les ampoules et surtout ne pas vous dégouter à jamais de la marche à pied.

Et bien « Faire de la photo » c’est pareil ! Il faut :

  • un bon appareil (je n’ai pas dit le dernier modèle à plusieurs milliers d’euros)
  • De la volonté (Ah là c’est gratuit, mais c’est pas donné à tout le monde et nécessite un investissement personnel !)
  • Une formation adaptée à vos envies (Pas n’importe laquelle, Bon Ok ! Là je suis en train de me placer ! J )
  • Un logiciel de Post traitement et pas une paire de Tongs, un logiciel qui va vous permettre de donner une signature créative à vos images : Lightroom (conseillé)Photoshop Lightroom 6 WIN [Téléchargement PC]

  • version perpétuelle à 130,80€

    Accessible avec un abonnement mensuel à 11,99 € TTC (le pack comprend aussi Photoshop). Cet investissement n’est pas si lourd à porter ? Il ne s’agit que de quelques cafés par mois… Un avantage : l’abonnement mensuel donne la possibilité d’avoir accès aux les mises à jour permanentes

  • Acheter la licence perpétuelle à 130,80 € une seule fois. Le coût de revient à terme est moins coûteux. Si vous souhaitez l’acquérir dès maintenant cliquez sur l’image ci contre pour obtenir la bonne licence, soit Lightroom 6 sur Amazone. Attention si vous souhaitez passer directement chez Adobe, il vous faudra jouer « au chat et à la souris ! » car la politique d’Adobe est d’inciter à la solution abonnement !

En conclusion : en 2016, nous « shootons » en numérique et le développement, savamment dosé, se fait via un logiciel qui remplace le processus argentique. Et ceci est incontournable à qui veut produire de belles images et pourquoi ne pas ensuite les faire tirer sur papier… On peut vivre avec son temps et apprécier le touché et l’odeur du papier !
Il faut bien comprendre que pratiquer la photo numérique implique deux phases :

  • La prise de vue pour le plus grand bonheur de chacun d’entre nous qui se doit d’être notre préoccupation PRINCIPALE.
  • Et la phase de développement avec un logiciel qu’il faut apprendre à dompter pour appliquer la petite touche des talentueux développeurs en argentique.

ATTENTION : une mauvaise photo restera toujours une mauvaise photo. Une bonne photo développée avec un BON logiciel de développement deviendra votre très bonne photo et apportera à vos images le soin qu’elle mérite.

Cet article a été motivé par les premiers  résultats du sondage que je vous ai envoyé il y a quelques jours et qui fait ressortir que le post traitement est un sujet qui vous préoccupe et que vous souhaitez que l’on développe. Pour ceux qui n’aurait pas répondu aux quelques questions que j’ai préparé, il est encore temps de le faire en cliquant sur ce lien !

Envie de Progresser d’une façon Rapide et Efficace en Photo de Voyage ?

Je vous propose le guide du photographe voyageur ! En cadeau vous recevrez aussi un livret 
« 
Maîtriser Lightroom en 10 étapes » Vous trouverez dans ce petit livret offert une dizaine de tutoriels très utiles qui vous permettront d’améliorer vos photos de voyages grâce au logiciel Lightroom !

Cliquez sur l’image ci-dessous et lisez attentivement

photo Guide Fred Marie

Bouton non merci

Nous allons approfondir le sujet dans les semaines à venir, en attendant je vous propose de déposer toutes les questions (Uniquement dans la zone commentaire) ci-dessous qui demandent une réponse claire.Je ferai de mon mieux pour y répondre (SVP n’envoyer pas d’E-mail pour ce sujet !)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Recherches utilisées pour trouver cet articlepourquoi la retouche est un passage obligé, pourquoi retouche photo

13 commentaires à propos de “Pourquoi la retouche photo est un passage obligé ?

    1. Bonjours Marie Ange.

      Tu prêches un convaincu de l’utilisation de lightroom.J’ai commencé avec la version 4 j’en suis maintenant à la v6 .Le problème avec
      adobe est que quand tu fait l’achat du soft les mises à jour sont pénibles .Problème qui n’existe pas avec l’abonnement mensuel.
      Autrement une fois que l’on a compris le fonctionnement de ce soft c’est un régal.
      Il existe un autre logiciel qui tient la route face à ligtroom c’est DXO.

      A+
      Christian

      1. Hello Christian,

        Je suis une partisane de l’abonnement principalement à cause de la simplicité des mises à jour. Cependant le coût à la longue est plus élevé, ainsi en parlant des 2 options chacun à le choix de…. ne rien faire…. ou de faire comme bon lui semble !
        Je parle exclusivement de Lightroom car c’est bien connu il est préférable de parler de ce que l’on connait surtout pour donner des conseils à ceux qui nous font confiance !

        A très vite
        Marie-Ange

    2. Bonjour Bernard
      Merci pour ton commentaire ! Beaucoup de lecteurs du blog, d’apprentis photographes ignorent la force de création que peut avoir le post traitement. Et bien je vais faire une série d’articles et de vidéos (il faut que je me lance !) pour mettre le doigt… Non pas où ça fait mal ! Mais là où ça fait du bien !… La retouche photo avec délicatesse et créativité !
      Bonnes retouches
      Marie-Ange

  1. Bonjour Marie-Ange,

    ça fait déjà plusieurs fois que je lis que Lightroom est un bon outil pour retravailler les photos…et ça me tente de plus en plus, que je pense que je vais sauter le pas!

    … nous aideras-tu à utiliser ce logiciel par des vidéos ou autres articles?

    Merci pour tes conseils toujours judicieux!

    1. Bonjour Djo

      Vous êtes nombreux à avoir compris que la démarche est incontournable ! Encore une fois le post traitement est intimement lié à la démarche photographique pour obtenir les photos qui font la différence. Et oui,… Je vais vous aider et vous accompagner dans cette démarche. Les tutos se mettent en place !
      A très vite Djo, en attendant continue à pratiquer la prise de vue et analyser tous les freins qui t’empêchent d’avancer dans ta progression !
      A bientôt
      Marie-Ange

  2. Bonjour Marie-Ange,

    Si j’achète la licence à 144,99 Euros, est-elle définitive ? Où est-ce un engagement pour une année ?

    Continue à nous donner tes conseils, je les apprécient énormément.

    Michel

    1. Bonjour Michel,
      Je viens de faire une modification dans l’article, la licence perpétuelle est à 130,80€ avec le lien chez Amazon.
      Lightroom 6 est une version de Lightroom qui s’installe et s’utilise comme n’importe quel logiciel. À 130€ tu as une version qui ne changera pas (sauf bien sûr les mises à jour propres à cette version, comme 6.1, 6.2, etc… ) et il te faudra payer une somme pour faire la mise à jour vers Lightroom 7 (dans le cas où la version CC ne finirait pas par remplacer purement et simplement Lightroom).
      Lightroom CC est un abonnement mensuel à 11,99€ qui te permet des mises à jour à chaque sortie de nouvelle version sans supplément de prix, et quelques fonctions supplémentaires pour mobile et tablette. Cet abonnement au bout d’un an te reviendra plus cher que d’acheter une version perpétuelle. C’est un choix, il y a du pour et du contre ! Et celui là, je ne peux pas le prendre à ta place !
      A bientôt
      Marie-Ange

  3. Hello Marie-Ange
    Ton article est super, incontestablement. Le fait de shooter en RAW et de pouvoir développer (Laurent B. dirait « sublimer ») ses négatifs numériques est un vrai plaisir, mais qui ne procure tout de même pas tout à fait les mêmes sensations qu’en argentique (j’ai connu MOI (;-)) en noir & blanc.
    Bon ceci dit, comme je l’ai déjà fait précédemment sur d’autres blogs, lorsqu’on traite de ce sujet, je ne peux m’empêcher de venir soutenir la petite communauté qui, comme moi, à bannit à tout jamais Windows de son ordinateur. Pas de Windows, pas de Photoshop, pas de Lightroom, mais on vit quand même…
    Donc pour les Linuxiens dont je fais partie il y à Gimp pour la retouche proprement dite, Rawtherapee et Darktable pour ce qui est du développement des RAW.
    Et notez bien que je n’ai pas dit qu’ils étaient mieux ou moins pire, je veux juste dire qu’il existe des solutions performantes sous d’autres cieux.
    A bientôt

    1. Bonjour Philippe
      La vie serait bien triste si nous étions tous formater sous la même enseigne ! Personne ne détient la vérité et chacun essaie de trouver les solutions qui lui conviennent le mieux ! Le principale est que nous soyons tous enchantés de voyager et apprendre à faire de belles photos !
      Bonne journée
      Marie-Ange

  4. Marie Ange ; je ne comprends pas ton acharnement à justifier la retouche en numérique à partir d’une comparaison argentique que je trouve erronée. En développement du film on ne règlait pas les tonalités et le contraste comme tu le dis; on choisissait à peine un révélateur et un temps de développement (quelquefois avec un thermomètre car la température jouait autant que le temps, et beaucoup sur le grain) et on essayait d’agiter toujours pareil. En fait on faisait une grosse prière pour que le négatif soit exploitable. PAR CONTRE et à L’INVERSE de ce que tu sembles dire , c’est au tirage qu’on « développait » : temps d’expo, grade du papier et masquage. Mais c’était beaucoup d’énergie pour MOINS que ce qu’on peut modifier en argentique NOIR et BLANC. ET INFINIEMENT moins que ce qu’on peut modifier en couleur avec Lightroom(j’ai fait du tirage couleur en synthèse additive en 68 et on ne maîitrisait quasiment RIEN tellement la variabilité était grande. Bref j’ai développé en argentique et en numérique, ET ça n’a PAS grand chose à voir. Désolé. Michel

    1. Bonjour Michel
      Merci pour ton commentaire qui peut faire avancer les choses. « Acharnement » le mot est peut être un peu fort. Quand je m’acharne sur quelque chose je t’assure que ça prend d’autres proportions et pour des sujets beaucoup plus graves ou importants. Je n’ai pas ton expérience de l’argentique. Je suis malgré tout passée par la case d’un apprentissage de reporter photographe qui faisait toujours référence à l’argentique alors que nous vivons à l’air du numérique.C’est comme ça ! Dans ma comparaison, je souhaite simplement expliquer que les « artisans retoucheurs » en argentique sont de véritables génies. Que le post traitement n’est pas né du jour où l’on a remplacé le film par le capteur dans nos boitiers. L’essentiel dans cet article n’est pas de faire un cours sur le développement et le tirage, ni de désacraliser la sacro sainte « photo argentique ». J’ai voulu une approche légère mais réelle pour permettre au commun des mortels de comprendre que la retouche photo n’est pas réservé à l’utilisation du HDR avec les curseurs à fond pour faire une interprétation de la réalité qui pour le coup m’exaspère ! La retouche photo a puisse ses lettres de noblesse avec la naissance de la photographie. Tu as raison sur un point, je ne ferais plus une seule allusion à l’argentique qui n’est pas le propos sur ce blog qui à pour seule vocation de vous aider à réaliser de plus belles photos et d’être plus créatif… Et là ! Je n’ai pas de lacunes, je maîtrise le sujet !
      Michel ne soit pas désolé, cette rubrique « commentaires » sert à échanger, comprendre et progresser !
      A très vite
      Marie-Ange

  5. Pour faire « un dernier » rapprochement avec l’argentique, pour moi, je dirais que le choix du logiciel de traitement correspondrait à la chimie pour développer le film, l’APN (du moins son capteur) serait le film en lui même, et la façon d’utiliser le logiciel correspondrait en partie à ce que l’on faisait sous l’agrandisseur puis dans la cuvette du révélateur papier.
    J’ai mis TRÈS longtemps pour passer de l’argentique au numérique (2013 seulement) parce-que longtemps j’ai pensé, à tord, que l’argentique était de loin bien supérieur au numérique.
    Chacun s’arrange avec ses convictions, l’essentiel n’est-il pas que l’on réalise de belles images ?
    Cette opinion n’engage que moi, comme Marie-Ange, je clos le volet argentico-numérique.

Laisser un commentaire