[Humeur de photographe] photo HDR , le truc à ne pas faire !

Le truc à ne plus faire si vous aimez la photo !

Cette technique est sensée produire une image proche de la vision humaine ! Heureusement que je ne vois pas la vraie vie en HDR,  j’en perdrais la vue.
La photo HDR est un procédé, au départ, des plus intéressants. Seulement comme toute action trop poussée en post production c’est affreux, sans aucun intérêt artistique et surtout photographique.

La démarche technique du photographe est de  transformer ce que notre œil  voit en 3D pour le reproduire en 2D.  Nous avons à notre disposition des outils techniques et artistiques et ce n’est pas toujours facile. Cependant, il y a des solutions pour donner du volume,  du contraste à nos images à la prise de vue et en Post-traitement sans pour autant tomber dans l’excès du mauvais goût !

La technique HDR : rien de plus simple ! « On prend un paysage ou une photo d’intérieur, on empile une dizaine d’images à différentes expositions et on décoffre le tout. Et Hop, voilà ce que ça donne : Cette croûte ci-dessous, ce n’est pas de la photo ! C’est un mode d’expression qui plait à certaines personnes mais surement pas à un photographe digne de ce nom.

Paysage HDR formation photo

Le rendu est tellement impressionnant qu’il est sensé donné un aspect naturel. Heum ! Une fois que l’on découvre le couple format RAW et  Lightroom, il est dur de ne pas toucher aux curseurs.

Mais pitié ! Le développement sur le prodigieux logiciel Lightroom ne sert pas à ça. Le post traitement c’est comme l’alcool à consommer avec modération. Si un jour vous voyez ce genre d’image sur le blog, bannissez-moi de votre vie !

Je ne voudrais pas générer une vague de dépression chez les apprentis photographes adeptes de cette technique, mais ça se soigne ! Sur Photoshop, il y a néanmoins une solution qui donne envie de tremper le petit pain dans un chocolat chaud mousseux !

chocolat

Avant

chocolat HDR

Après

Cela dit, ça ne vaut pas la réalité ! Alors je vous laisse et je vais prendre mon petit déjeuner !

Si cette humeur du jour, vous a plu, laisser un commentaire ci dessous !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Recherches utilisées pour trouver cet articleprocédure pour étalonné une photo dune personne Hdr

15 commentaires à propos de “[Humeur de photographe] photo HDR , le truc à ne pas faire !

  1. ah ça alors, Marie Ange qui pique un coup de gueule!
    Je dis BRAVO Marie-Ange. Dans le photoclub auquel je participe il y a une paire de « photographes » qui se targuent d’être les maîtres du curseur. Trop c’est trop, et comme tu le dis ce n’est plus de la photo, reste à définir si c’est encore de l’art…
    La vision humaine nous montre la lumière avec ses zones d’ombres et de clartés, et personnellement je pense aussi qu’il faut respecter ça dans notre témoignage de l’instant.

    1. Bonjour Philippe,
      J’ai écrit ce « coup de gueule » ce matin à 5h30 le ventre vide donc sans retenue. J’ai pris un bon petit déj avec un succulent chocolat. Je vais nettement mieux !
      Mais je ne reviendrai pas sur ce que j’ai dit ! Apprendre à regarder et écrire la lumière ! Il n’y a rien à dire de plus même s’il faut attendre les « Golden Hour » pour voir se dessiner devant nos yeux la magie du fameux « contraste ». Cela dit chacun est libre de faire ce qu’il veut, mais il ne faut pas compter sur moi pour faire un Tuto sur le HDR…. Par contre, il faudra bien un jour passer par la case Lightroom avec « parcimonie » ou avec moi !

      Merci pour ton commentaire
      Marie-Ange

  2. Bonjour Marie Ange, j’ai été très intéressé par cet article sur les photos en HDR. Les utilisateurs de ce système n’ont pas de limites et font du n’importe quoi jusqu’à obtenir des NAVETS. Quoi de plus beau que les photos sans retouches. J’ai créé un groupe de photos sur FB et j’ai les poils qui se hérissent à chaque fois que je rencontre ce genre de publication. Pour moi ce n’est plus du naturel, nous passons de cette étape à l’abstrait. Quand les photographes amateurs comprendront les erreurs qu’ils commettent en agissant ainsi au détriment de ce que la nature nous donne tous les jours sans la déprécier.
    Merci pour tous ces articles et tout ce travail que tu réalises pour nous offrir tes connaissances.

  3. Bonjour et bienvenue sur le blog,
    La photo au naturel !… Il n’y a pas que chez les photographes amateurs que nous trouvons des trafiquants de la réalité. Quelques pro s’y adonnent aussi !
    Le post-traitement sur Lightroom est un outil essentiel au même titre que les bains savants de l’argentique pour développer et obtenir un négatif, avec modération !

    Bonne photo
    Marie-Ange

  4. Salut Marie-Ange,

    Je ne me manifeste pas trop souvent … mais cette fois-ci je tiens à t’apporter mon soutien le plus complet dans ce coup de gueule fort à propos.

    Il faut bien dire que souvent les yeux rivés à l’écran, pas toujours bien calibré, pendant des heures, il peut arriver de ne plus apprécier convenablement l’incidence d’une correction. Mon expérience personnelle m’a appris à toujours ramener légèrement le curseur en arrière quelle que soit la correction.

    Bonne continuation,

    Daniel

    1. Bonjour Daniel

      Merci pour ce commentaire et ce conseil judicieux. Un petit coup de marche arrière évite souvent les débordement même si l’on a la main légère sur les curseurs.

      A bientôt
      Marie-Ange

  5. Bonjours
    Label Bio ^^ Marie Ange voyons !!
    Le HDR comme tous le reste des traitements, développements ou retouche en photo (appelez le comme ça vous plaira), il faut bien sure l’utiliser quand c’est utile, avec gout et y aller molo sur les curseurs, c’est évident. Mais pourquoi toujours parler de ce qui ce fais de pire dans le HDR ?
    A l’origine c’est une méthode pour pallier au manque de dynamique de nos capteurs. Par exemple avoir l’intérieur d’une église et ses vitraux bien exposé sur la même photo. Je vous met au défis d’y arriver sans cette méthode. Le résultat est beaucoup plus réaliste qu’une simple photo. Je peux vous montrer des tats de photo HDR qui sont très naturel… Un oeil avertie va repérer que la dynamique est l’oeuvre d’un HDR mais le résultat se rapproche de ce que voit notre oeil contrairement à une photo standard.
    Quand aux réactions : une vrai photo n’est pas développé… c’est aussi ridicule !
    Le développement à toujours fait partie de la photo, ensuite si vous photographier en RAW vous aurez bien souvent un résultat pâle.
    S’il vous conviens ou si exceptionnellement les conditions de luminosité était idéal alors ne toucher à rien. Sinon vous remettez le résultat final entre les mains des ingénieurs qui ont créé votre boitier… Bien sure avec de la bouteille, beaucoup de votre  » pate  » sera le résultat d’une prise de vu au petit oignons, mais la touche final du traitement informatique est quasi indispensable pour personnaliser votre vision, corriger les défauts optiques et autre lacune de nos chère boitier…
    Pour finir, imaginez les films au cinéma sans étalonnage… le partie pris du traitement d’image est une lecture à par entière, une signature même (exemple les films de Genet et et de Gondry n’ont pas la même teinte et texture, ils tournent pourtant avec le même type de caméra). En photo c’est pareil, tout le monde n’est pas obligé de faire du reportage sinon on se ferait bien chier en les parcourant. Il faudra aussi que l’on m’explique comment font du noir et blanc sans passer par la case ordi ? A la prise de vu ;-))) en gros l’appareil réfléchie à votre place…
    Voilà, moi aussi j’ai poussé mon coup de gueule !
    Bon WE prolongé à tous.

  6. Bonjour Alain,
    Et bien pour une première intervention sur mon blog ça dépote ! Ça fait toujours du bien de s’exprimer quand c’est justifié ! Une petite précision néanmoins. J’utilise Lightroom au quotidien et travaille la quasi totalité de mes photos. Il y a des nuances dans l’utilisation de toute technologie et beaucoup de personnes n’ont aucune retenue, d’où mon coup de gueule sur l’abus des « curseurs à fond ». Cela dit chacun fait comme il l’entend, je m’en « tape » des pseudo photographes qui n’ont aucun goût et aucune connaissance de la photographie et du post traitement…. La photo est un art qui se respecte, n’est ce pas Alain? Et Lightroom est un outil merveilleux pour l’interprétation de la réalité comme le Noir et Blanc dont j’ai fait ma spécialité depuis pas mal d’années.
    De plus mes lecteurs les plus fidèles savent que la photo numérique est pour moi « Prise de vue + Post traitement…. Aucun commentaire sur cette page n’a bannis le post traitement, mais juste une utilisation intelligente….
    A bientôt
    Marie-Ange

  7. Désolé Marie ange, je me suis un peu emporté… même si je pense ce que j’ai écrit. Mon commentaire ne s’adressait pas directement à toi d’ailleurs, j’ai bien noté les nuances entre les différents commentaires. Je suis un peu remonté sur certaine petite guerre de photographe classique sur les forums… et j’y plonge !
    Si tu relis plus haut, tu tomberas sur cette phrase par exemple :  » Quoi de plus beau que les photos sans retouches », voilà pourquoi je me suis un peu emporté. Nous savons bien que le « naturel » n’as rien avoir avec une photo sans développement. Quel appareil photo est plus vrai qu’un autre ? Et une profondeur de champs sére n’étant pas naturel, ça n’est plus de la photo alors…?
    Je ne comprend pas bien le but de tels réflexions.
    Je pense que tu as bien compris ce que je voulais dire.
    Attention, j’adore les reportages mais j’aime aussi les films… c’est ce que je voulais dire plus haut. Bien sure on évitera les navets 😉
    A bientôt
    Alain

  8. En réalité en prise de vue numérique il convient de distinguer 2 notions très différentes concernant le post-traitement des photos.
    Si nous voulons parler de la même chose, afin de dialoguer de manière constructive, il nous faut définir clairement l’objet de notre dialogue et donc en donner une définition… comme en cours de philo!

    Je propose donc de nommer DÉVELOPPEMENT le post-traitement classique et « indispensable » d’un Raw (ou d’un Jpg, c’est ici pour l’analogie avec le labo argentique) et qui concerne la Balance des blancs, la Luminosité et le Contraste.
    En fait il s’agit ici des traitements nécessaires à la retransmission de l’instant vu et saisi avec l’apn et à sa reproduction « objective » mais en corrigeant les limitations du matériel et en y injectant l’émotion et la sensibilité personnelle du photographe (son INTENTION).

    La Netteté/Granulation ainsi que la Saturation des couleurs sont également des critères importants qui permettent à certains de « signer » leurs clichés et d’affirmer leur style, tout comme on choisissait telle pellicule en fonction de son rendu spécifique (Réala, Velvia, Portra, K-64, Tri-X, T-Max, HP-5, XP-1…). A ce titre les choix effectués dans ce domaine procèdent aussi du processus de développement du film.
    Mais ici apparaissent des « seuils », des distinctions entre LA VUE saisie par l’apn et LA PHOTO développée par le photographe OU L’IMAGE que va en ressortir le technicien informatique, par exemple en procédant à une isohélie ou à une solarisation pour citer des exemples extrêmes mais qui se pratiquaient déjà au labo…
    De même il y a un monde entre la diminution de la netteté pour noyer le « bruit » numérique et ces affreux « lissages-beauté » qui bottoxent les visages des modèles photo!!!
    Concernant le HDR je suis d’avis qu’on peut mixer 2, voire 3 photos afin de récupérer plus de plage dynamique et compenser les limitations de nos apn, mais il convient alors de mixer la vue exposée pour le ciel, non retouchée, avec la vue exposée pour le sol non retouchée également (voire une 2de pour le sol et une 3ème pour la mer ou le lac dans certains cas): là le rendu serait naturel et les lumières réelles et non retouchées!
    Faut-il donc fixer des seuils pour distinguer ce qui est encore « naturel-Bio » et ce qui est OGM? Difficile ici de déterminer la limite… L’Artiste a tous les droits pour s’exprimer et pour partager sa vision mais le photographe ne doit pas « déstructurer » le réel, seulement le retranscrire selon SON point de vue et SON regard.
    A mon sens le développement photographique doit porter sur la TOTALITÉ de la photo si l’on veut rester fidèle à la vue originale, excepté pour les retouches évoquée initialement.

    Les recadrages, agrandissements et correction d’horizontalité (et donc de verticalité) sont de mon point de vue tout à fait acceptables en post-production puisqu’ils ne modifient en rien le sujet originel mais apportent juste un nouveau point de vue.
    Le fameux « filet noir » témoignant d’une photo non recadré est très esthétique et correspond à une philosophie que je respecte et qui s’apparente dans sa démarche à du ZEN photographique, mais il ne faut pas être intégriste dans ce domaine et chacun est libre de recadrer à sa guise.

    Je nommerai RETOUCHE, enfin, tout post-traitement dont l’action vise à intervenir pour supprimer, rajouter, modifier ou remplacer la structure des pixels existants: suppression d’un élément, ajout de filtres, emplois de calques pour autre chose que la modification des éléments cités plus haut (netteté, grain… soit les masquages habituels effectués au labo N&B). Ici nous ne sommes plus dans le domaine de la photographie pure mais dans le traitement de l’image et les photographes laissent place aux techniciens informatiques!

    Ainsi une même Vue, un instant éphémère saisi, peut donner lieu:
    – soit à une Photo, après un développement « classique » et rapide via quelques curseurs (ou un process strandardisé préétabli ou créé sur son logiciel) concernant saturation, netteté, luminosité et contraste ainsi qu’un recadrage et/ou une correction de l’horizontalité.
    – soit à l’obtention d’une Image numérique retouchée et donc plus ou moins trafiquée (modifiée) mais ne correspondant plus à la vue initialement saisie.

    Camarade, choisi ton camp mais fait-le en connaissance de cause! 😉

    Le débat sur le fond (la structure) et la forme n’est pas prêt de se clore…

  9. Très bon résumé, c’est comme ça que je nomme aussi les différentes interventions mais je vois ou entend tellement d’interprétation que j’ai fini par tous mixer dans mes com. pour être sure qu’on me comprenne. C’est l’ironie du sort.

    Cette photo est OGM donc pour vous : http://www.alain-delange.com/#!Immobillier-11/zoom/zk49f/dataItem-ijrku5bl2

    Les photos à forte dynamique ne concerne pas seulement les paysages facilement détachable du ciel. Avec cette méthode « bio » au nom barbare de DRI, ca me parait bien difficile à faire dans ce cas (contour des fenêtres). Pas impossible mais chronophage et pas forcément mieux au final… d’autant que le HDR donne une belle profondeur et que ça fonctionne bien à mon sens pour de l’immobilier.
    Pour être honnête, des fois ça fonctionne moins bien.

  10. Pour moi oui, cette photo parait tout à fait naturelle. Le HDR est une bonne chose, il faut juste savoir le doser avec modération… ou accepter d’être dans l’outrance et le sur-naturel (OGM) dans le cadre d’une démarche artistique de création d’image (mais ce n’est plus de la photo au sens ou je l’entends).

Laisser un commentaire