L’Orang-Outan ou « l’homme de la forêt » de Bornéo

Pour comprendre le fil d’Ariane de mon défi “1 image, 1 histoire”, commencez par lire la genèse de l’aventure et pourquoi je vais vous raconter 52 histoires en 52 photos, soit, vous l’aurez compris, 1 anecdote par semaine pendant un an pour vous raconter mes 20 ans de voyages et l’importance des images dans la vie de chacun d’entre nous. Vous aimez les histoires ? Vous aimez la photo ? Ecrivez la vôtre, joignez-y votre photo et envoyez-les moi ! Chaque mois, je publierai également l’un de ces récits. Nos souvenirs sont trop beaux pour rester au fond d’un placard et si vous faites des images, c’est pour les faire vivre !

Episode 8/52 

 

L’Orang-Outan ou « l’homme de la forêt » de Bornéo

Orangs Outans Bornéo

Je vous propose de découvrir « les hommes de la forêt de Bornéo » ou peut-être la sauvagerie de l’espèce humaine envers les femelles orangs-outans.

Je vous explique : ce grand singe est si proche de l’homme qu’un spécimen est venu spontanément me serrer la main, il y a quelques années, dans un parc en Afrique du Sud ! Fascinée par ce contact, je profite alors d’un séjour en Malaisie pour faire une escapade sur l’île voisine de Bornéo. Débordante d’enthousiasme au décollage, je déchante affreusement en survolant la forêt parsemée d’énormes taches carbonisées par la déforestation. Je prends conscience de l’imminence du danger d’extinction de « l’homme de la forêt » et je suis confortée dans l’intérêt qu’il m’inspire.

Décidée à le rencontrer, ma nature curieuse me conduit à de premières recherches sur le web pour préparer ma visite de l’un des 2 centres de réhabilitation des orangs-outans de l’île. Ce sont des hominidés, de grands singes aux longs bras et au pelage roux. Seuls 3 à 4% de leurs gènes diffèrent de ceux des humains. Déforestation et braconnage ne sont que des exemples des activités humaines qui menacent leur existence. Jusque là, rien de neuf sous le soleil, la tristesse que m’inspire les défauts de l’humanité est aussi fidèle à elle-même que les empreintes indélébiles des civilisations industrielles sur notre planète.

L’horreur arrive maintenant. Les âmes sensibles n’auront qu’à en lire le titre pour comprendre qu’il vaut mieux quitter la page. Les autres risquent le même choc que moi quand je découvre que la réalité va au delà de toute l’ignominie qu’on puisse humainement imaginer.

La prostitution des Orangs Outans

Je n’ai pas les mots pour vous expliquer ma douleur à la lecture de ces lignes. Je ne peux faire qu’un copier-coller de cet article hallucinant trouvé sur le site 20minutes.fr

Après le scandale des tortues vivantes en guise de porte-clés en Chine, c’est au tour de l’Asie du Sud-Est de faire parler d’elle. La pétition diffusée sur MesOpinions.com  explique que les orangs-outans femelles sont régulièrement employés pour satisfaire les pulsions sexuelles des clients d’un bordel appelé Keremgpangi au centre de Bornéo (Indonésie), ainsi que de plusieurs autres en Thaïlande. Cette pétition s’indigne également contre la «découverte à Bornéo d’un orang-outan femelle de 12 ans, qui avait été complètement rasé, lavé et parfumé, et avait même du rouge à lèvres.» La vétérinaire espagnole Karmele Llano, qui a tenté de libérer ces animaux, affirme avoir été «menacée avec des couteaux et des machettes» avant qu’elle ne fasse intervenir 30 agents de la police de l’État. Une fois libérée, la femelle a été emmenée dans un centre de réadaptation pour orangs-outans de Bornéo, BOS Nyaru Menteng. 

Une vieille affaire

Le plus étonnant dans cette histoire de zoophilie est que, selon Le Nouvel Observateur, «les faits remontent à 2007 mais l’information a été massivement diffusée il y a quelques semaines seulement»

La morale de cette histoire ? Il n’y en a pas ! Juste l’horreur et la révulsion que m’inspirent certains individus de l’espèce humaine alors qu’aucun animal n’est capable d’une telle inhumanité !

Le silence peut être une marque de respect aux victimes. Il est aussi une forme de résignation à laquelle j’ai choisi de ne pas consentir. Vous pouvez, vous aussi, exprimer vos sentiments dans un  commentaire ci dessous…

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Recherches utilisées pour trouver cet articleorang outan, orang outan borneo, voisinede borneo

5 commentaires à propos de “L’Orang-Outan ou « l’homme de la forêt » de Bornéo

  1. L’humain est de plus en plus très très Malade…….
    Grande désolation à chaque fois de lire des choses de la sorte
    Un haut le cœur ,mais face à l’humain indigne……

  2. Bonjour Marie-Ange,

    Je ne regrette pas de l’avoir lu mais là c’est vraiment très dur.

    L’homme est il vraiment tombé si bas.

    J’ai pris une photo lors de mon premier voyage en Asie à Bangkok. Nous avions demandé à notre guide (non permanent) de nous trouver quelque chose à faire. Il nous a proposé le zoo de Bangkok.

    Nous étions en fin d’après-midi, la nuit arrivait à grand pas.

    J’ai photographié un Orang-Outang, la photo a duré une fraction de seconde mais après nous nous sommes regardé longtemps lui et moi. Je comprenais qu’il voulait me dire « je suis seul » et moi je ne pouvais rien faire.

    Cette fois c’était très dur Marie-Ange.

    Jacky

  3. L’homme est vraiment capable du mieux comme du pire. Dans votre récit, les hommes à l’origine de cette prostitution sont des êtres bien inférieurs à ces animaux, voire surement plus sauvages. C’est impensable, inimaginable.

  4. Bonjour,

    Je ne vois pas pourquoi nous parlons d’hommes, ce ne sont pas des hommes.

    Ce qu’ils font est innommable et ne les place pas sous les animaux. Ce sont des bêtes dans le terme le plus bas que je pense d’eux.

    Je ne pensais pas avoir un jour à connaître ce genre de pratique.

    Je suis révolté………….

    Jacky

  5. Bonjour à tous

    Mon âme de femme a voulu fermé les yeux sur cette histoire pour me protéger, mais son métier de reporter photographe ne pouvait en aucun cas laisser passer cette abominable état de fait. Nous avons tous un devoir de diffuser l’information par les mots et les images (professionnel ou non). C’est aussi pour cette raison que je suis devenue photographe. je préfère largement montrer ce que la planète nous offre de plus beau, mais lorsque l’homme s’en mêle que de ravages !..

Laisser un commentaire