La mise au point et l’autofocus

Les modes Autofocus

pour réussir votre mise au point

 

Les appareils photos numériques actuels étant en grande majorité équipés d’un système de mise au point automatique, l’Autofocus, nous bénéficions tous de cette fonction sans même y prêter attention, à chaque fois que nous appuyons sur le bouton de déclenchement. L’autofocus facilite notre vie de photographe en nous permettant de nous concentrer sur le cadrage, la scène et l’instant à saisir plutôt que sur la bague de mise au point.

Si l’autofocus participe à notre confort, le photographe en herbe devra faire preuve d’un peu de maîtrise et intégrer les limites de cet accessoire remarquable.

La mise au point

La mise au point est une fonction de base de la photographie. Elle consiste à régler la netteté de l’image et plus précisément sur le sujet principal . L’endroit où vous décidez de créer la netteté constitue l’endroit le plus “fort” de notre image.

Autofocus et mise au point

Seul le visage est net. Flou au premier et dernier plan

Inutile de vous dire que nous abordons un sujet capital ! Sarcastique

Lors d’une mise au point manuelle vous vissez la bague de mise au point sur votre objectif, ce qui a pour effet d’éloigner ou de rapprocher les lentilles optiques de votre capteur

Vous créez ainsi une zone de netteté sur votre sujet. Les objets qui se trouvent devant et derrière celui-ci apparaîtront de moins en moins nets en fonction de l’éloignement (voir le Tuto sur la profondeur de champ)

Sur les boîtiers numériques équipés d’un autofocus, la bague de mise au point est motorisée : les lentilles optiques se positionnent donc automatiquement pour que le sujet “visé” soit net. Quel bonheur !

mise au point apprendre la photo de voyage

f2.8 – 400 Iso – 1/400s -120mm – Mode de capture ONE shot – 1 seul collimateur

Comment fonctionne l’autofocus (AF)?

autofocus

Réussir sa mise au point

Les configurations peuvent varier selon votre appareil, mais nous pouvons distinguer deux approches technologiques qui permettent à votre boitier d’automatiser la mise au point :

  1. – L’autofocus actif,
  2. – L’autofocus passif,
  3. – Ou combinaison de deux.

Nous allons voir cela plus en détail, simplement ! Il est important de comprendre ce principe de fonctionnement afin de mieux cerner ses limites.

AF actif

Théoriquement si Nous connaissions la distance exacte entre notre sujet et l’appareil, nous pourrions positionner la lentille correctement par rapport à notre capteur pour que la photo soit nette. L’autofocus “actif” nous dispense de cette gymnastique intellectuelle et mesure la distance entre le boitier et l’objet que nous photographions. Pour ce faire, il envoie un ou plusieurs faisceaux de lumière invisible, généralement infrarouge.

La mesure de cette distance s’effectue à l’aide d’une cellule réceptive à laquelle le sujet visé renvoie le ou les faisceaux. Sur cette base un moteur positionne les lentilles optiques à une distance précise de votre capteur afin que votre sujet soit net ! C’est génial, non ? Sourire

AF passif

Cette fois le procédé ne repose pas sur l’évaluation de la distance, mais sur l’analyse de l’image reçue au travers l’objectif. Plusieurs zones sont analysées et comparées pendant que l’optique se déplace d’avant en arrière en quête d’informations.  La mise au point adéquate peut être calculée de différentes manières, mais l’objectif commun de ces estimations est de déterminer un niveau de contraste maximum. Lorsqu’un niveau de contraste prédéfini est détecté par l’autofocus passif, la mise au point est précise.

Mise au point automatique combinée

Certains appareils haut de gamme combinent ces deux systèmes. L’appareil sélectionne le système approprié en fonction des conditions rencontrées et peut choisir d’utiliser les deux à la fois. Nous pouvons également privilégier le mode manuel et choisir de lui même l’une ou l’autre options.

Par exemple, lorsque nous photographions un ciel bleu, l’appareil échouera à faire la mise au point avec un système actif ( évaluation de distance) qui repose sur une mesure de la distance puisque celle ci est infinie… Il est alors bien pratique de passer en mode passif, qui lui s’appuie sur le contraste.

Dans d’autres cas l’appareil peut utiliser le système actif pour placer la lentille aux environs de la position idéale avant de laisser le système passif affiner son réglage ( cette mise au point à 2 “têtes” est plus précise)

Malgré toute la puissance de l’électronique intégrée à notre boitier, il existe pourtant des problématiques insolubles pour notre autofocus. Vous allez comprendre pourquoi je vous explique tout cela ! Ca ne fait pas de mal de s’élever vers le haut et  vous allez comprendre les limites de toute cette belle technologie. Il vous est surement déjà arrivé de faire la mise au point sur un sujet, par exemple: une surface peu contrastée et /ou mal éclairée, le reflet d’une vitre, propre ou non… le ciel, et d’avoir votre autofocus qui patine. C’est là que nous nous sentons plus intelligent que l’électronique, nous allons faire la mise au point manuelle avec la bonne vieille méthode : Le puce, l’index et la bague placée sur l’objectif !

En pratique

1 – Mise au point Manuelle

autofocusCe sont nos yeux et nos mains qui effectuent la mise au point. La mise au point est précise et imparable. Techniquement le moteur de l’autofocus est débrayé (position off sur notre objectif)  mais l’appareil continu à calculer la distance de mise au point. Un bip ou un voyant incorporé au viseur nous aide à faire le point.

Prenez votre boitier et repérer les différents modes autofocus

2 – Mise au point ponctuelle ou “simple” –  ( S-AF) – One Shot chez Canon

C’est l’option standard de notre Reflex autofocus. Pour faire la mise au point, il suffit de maintenir le déclencheur à mi-course. Nous pouvons dans un premier temps centrer notre sujet et faire la mise au point, puis changer de cadrage  tout en maintenant le déclencheur à mi-course. La distance de mise au point mémorisée, Nous allons, alors, situer le sujet où bon nous semble dans l’image afin de soigner notre composition de l’image  généralement disposés en croix dans le viseur de notre Reflex.

CollimateurLa visée se fait à l’aide collimateurs. Ils permettent de sélectionner la zone de l’image sur laquelle nous souhaitons faire la mise au point. En fonction des options offertes à votre appareil, nous pouvons décider de laisser un collimateur fixe au milieu de l’image ou de donner une préférence à une sélection manuelle. Dans ce cas, il sera nécessaire de changer de repères manuellement pendant la visée.Nous pouvons aussi nous en remettre à l’électronique et choisir le mode “sélection” automatique”. L’appareil définira le collimateur le plus utile. C’est en fonction de la philosophie et de la pratique de chacun.

3 – Mise au point  continue ( C-AF) – AI Focus

La mise au point continue est effectuée en permanence et ce, dès que nous faisons un déclenchement à mi-course. Elle laisse l’appareil photo faire la mise au point en suivant le mouvement du sujet en “temps réel” : si le sujet se rapproche ou s’éloigne, la mise au point est automatiquement corrigée.

Tant que nous ne déclenchons pas complètement, l’appareil continuera à faire la mise au point. Très efficace, ce mode est particulièrement adapté au sport ou à la photographie des enfants.

4 – Mode “Dynamique” ou Al Servo

mode autofocus

Les différents modes sur un boitier Canon

Comme avec le mode continu, l’appareil détecte les mouvements de notre sujet mais il tente de déterminer sa future position. Comme une forme d’intelligence artificielle capable d’anticiper, il “pré-calcule” la bonne distance de mise au point sur les collimateurs adéquats. Bien géré, ce mode est très efficace pour ce qui est des sujets en mouvement. (safari photo par exemple)

Si les différents modes ou multiples options vous font peur, sélectionnez le mode ONE SHOT, mise au point ponctuelle ou “simple” et amusez vous  avec cet outil dans un premier temps. Proposés de nos jours en série sur tout boitier qui se respecte, ils permettent aux professionnels comme aux amateurs de la photographie de produire des images qui n’auraient pas vu le jour sans ces prouesses technologiques

Si cet article vous a plu ou si vous avez des questions correspondantes à ce tuto, laissez un commentaire ci dessous !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Recherches utilisées pour trouver cet articlemouvement en photo

9 commentaires à propos de “La mise au point et l’autofocus

  1. Bonjour Marie-Ange !

    C’est également un réel plaisir d’avoir de tes nouvelles, tes messages sont toujours riches d’enseignement. J’apprécie particulièrement la simplicité employée pour expliquer ce qui est tout de même parfois quelque peu complexe.
    Je rencontre des difficultés sur le choix des collimateurs à utiliser selon le genre de photographie.

    Un grand merci pour cet article et ta patience
    Daniel

  2. Bonjour Daniel et merci,

    Je transmets mes connaissances comme j’aurais voulu que l’on m’enseigne la photo. Si cela aide beaucoup d’entre vous, je suis ravie c’est le but ! Et moins aussi j’apprends toujours et avec plaisir !
    Pour le choix d’un collimateur unique il est préférable de t’entraîner avec le collimateur central en mode spot évidemment. Mais ne pas oublier de recadrer comme il se doit après avoir faire la mise au point sur ton sujet. Même s’il y a beaucoup de déchet au début, il faut prendre son temps et analyser chaque prise de vue et comparer les images.
    Une fois la technique comprise il suffit de faire des essais, regarder les résultats et les comprendre. Et c’est promis, ensuite ça vient tout seul !
    A très vite

  3. Bonjour Marie Ange

    Bravo pour ta leçon sur l’autofocus .
    Pour moi la mesure spot est la plus rapide à mettre en oeuvre.
    Sur mon appareil je n’ai pas de mode dynamique certainement très intéressant pour capturer des animaux en pleine course.
    Tu me feras voir ça au Kenya. J’ai quand mème le mode en continu qui est très pratique dans cette configuration.

    Il faut aussi faire attention à l’ AF du couple boitier / objectif qui n’est pas toujours précis c’est pour cela que sur certain boitier il y a dans le menu fonction  » micros réglages « pour affiner l’autofocus de nos appareils.Il y a pas mal de site sur internet qui parle de sujet.
    A+
    Christian

  4. Bonjour Christian

    Merci pour tes précisions toujours pertinentes.
    Il y a certainement sur ton boitier un mode qui calcule intuitivement la progression de ton sujet en mouvement.
    Alors rendez vous au Kenya, on attend qu’une lionne chasse la gazelle et on immortalise le moment en utilisant le mode adapté dispo sur ton boitier !

    A très vite
    Marie-Ange

  5. Bonjour Marie-Ange
    Il est toujours intéressant de relire de temps en temps ce genre d’article qui remémore les bases. A mon niveau j’ai un peu, souvent, tendance à les oublier.
    Personnellement j’utilise presque exclusivement le One-Shot et le collimateur central, le seul en croix sur le 5D-II, donc plus sensible que les autres, et je recadre après avoir fait ma mise au point.
    Merci pour tes messages toujours instructifs et bien exposés.
    Philippe

  6. oui super article pour moi la fonction spot était plus pratique quand on voulait sélectionner juste le centre d un objet et l éclairer particulièrement en privilégiant sa netteté je ne l aurai jamais utilisé en voyage !et puisque je suis là je cherche a ouvrir le dossier « portraits  » sur ton site internet mais tombe sur Fred et ses cours photos ??

  7. Bonjour,
    Suivant les appareils photos le « mode spot » permet de choisir le collimateur. C’est une question de confort et d’habitude. Par exemple sur Bob, mon boitier, j’utilise la mesure spot 100% du temps et je choisie le collimateur en haut à droit question d’habitude et d’intention photographique. Je fais la mise au point sur l’œil de mon sujet qui se trouvera dans la plupart des cas sur un point de force en haut à droite. Attention, c’est mon style photographique en portrait, ce n’est pas un conseil à adopter systématiquement ! Chacun doit trouver son « confort » de prise de vue et cela s’acquiert avec de la pratique.
    En ce qui concerne le lien pour apprendre à faire de la photo de portrait, il s’agit bien d’une formation proposée par Fred Marie. Les blogueurs « sains » ne travaillent pas en terme de concurrence mais en terme de partenariat. Une bonne mentalité !
    Fred propose mes produits et moi les siens quand nous considérons qu’ils peuvent apporter une réelle plus-value à la progression photo de nos lecteurs respectifs. Il en est de même avec Laurent Breillat.
    Une belle communauté de photographes passionnés.
    A très vite
    Marie-Ange

    1. ok pas de soucis je vais aller voir la formation ,j ai suivi d ailleurs celle de Laurent (la photo et le post traitement ) et je te suis maintenant et apprends encore tout plein de choses j aurai tant aime aller a Mada (mais bon ..) je me contente et c est déjà super de regarder tes photos ;merci pour tout
      Hélène

Laisser un commentaire