Comment maîtriser facilement l’exposition de ses photos ?

[Conseils Photos] 15 solutions pour maîtriser l’exposition de ses photos

Je réponds ici aux 15 questions sur l’exposition les plus fréquentes sur le terrain ou sur ce blog. L’appareil photo en baudrier, le carnet à la main et le crayon derrière l’oreille, je passe en revue les 15 problèmes récurrents qui vous empêchent de progresser dans la maîtrise d’une bonne exposition de vos images.

Il s’agit dans ce “question/réponse” de vous proposer une excellente révision ou de clarifier certains points de la cruciale “exposition de l’image”.

Il est capital de savoir corriger l’exposition d’une photo quand celle-ci est trop ou pas assez exposée.

Pour corriger l’exposition d’une photo faut il jouer sur la sensibilité, la vitesse d’obturation, l’ouverture du diaphragme ou la correction automatique d’exposition ?

80% des échecs dans l’apprentissage se situent à ce stade, c’est à dire au début ! Après avoir compris et assimilé  le fonctionnement de votre appareil photo vient le temps du  questionnement, à la prise de vue sur le terrain et au fameux triangle de la réussite.

Lever de soleil Angkor Wat

Aucune retouche n’a été opérée sur ce lever de soleil. J’ai sous exposé volontairement l’image de 2IL avec le correcteur d’exposition

Le constat à chaud : “Oui j’ai compris, mais je ne sais pas quand utiliser tel ou tel paramètre, Vitesse, Ouverture et Iso, je m’y perds un peu !”. Ce Tuto ne s’adresse pas UNIQUEMENT aux débutants. Pour ceux qui se sentent aguerris, répondez aux questions avant de lire mes réponses ! Vous risquez d’être surpris du résultat !… Il se pourrait même que certains des plus aguerris d’entre vous se cassent les dents… sur des questions simples ! Pourquoi ? Parce que trop de photographes en herbe (presque tous !) veulent brûler les étapes.

Si vous n’assimilez pas les notions ci-dessous vous ne passerez jamais à l’étape suivante et ne serez jamais maître de vos prises de vues.

Allons droit au but, j’ai répertorié 15 questions de niveaux différents qui me sont régulièrement posées sur le terrain et qui vous empêchent réellement de faire le bon choix pour avoir une bonne exposition de vos images, la base de la photo, c’est parti !…

1 –  Qu’est ce que le correcteur d’exposition ?

( Ça commence mal !)

La fameuse petite réglette dans le viseur (horizontale chez Canon ; verticale chez Nikon) est votre amie, ne déclenchez jamais sans avoir vérifié le petit curseur magique qui se déplace en tournant la molette sur votre boîtier. Schématiquement, le curseur sur  “0’’ votre image est bien exposée, vers la droite elle est surexposée, sur la gauche elle est sous exposée ! Mes explications ne sont pas très académiques mais terriblement efficaces !

fumeuse du Myanmar web

2 – Pourquoi ma photo est–elle mal exposée ?

Lorsque l’on prend une photo, l’exposition doit être correcte. Autrement dit, notre capteur doit être exposé à une certaine quantité de lumière. Si votre photo est mal exposée, c’est que le capteur n’a pas reçu suffisamment de lumière ou trop ! Ce qui donne soit une photo trop claire ou trop sombre ! Jusque-là, ça va !!!

Dans le 1er cas, on dit que la photo est sur exposée ou “cramée” ce qui se caractérise par une image beaucoup trop claire qui manque surtout de détails dans les hautes lumières. Dans le second cas, si l’image est sous exposée, elle manque de détail dans les zones d’ombre. Si vous ne faites pas confiance à l’écran de l’appareil (Et vous avez raison !) pour vérifier l’exposition de votre photo, il est très souvent utile de lire l’histogramme qui offre beaucoup d’indications en ce qui concerne l’exposition.

3 – De quoi dépend l’exposition ?

L’exposition (ou la quantité de lumière que reçoit le capteur) dépend de 3 facteurs : la sensibilité, la vitesse et le diaphragme ! Ce que j’appelle le triangle de la réussite.

coupe appareil photo

Le diaphragme  gère la quantité de lumière que l’on va laisser entrer sur notre capteur ;

La vitesse gère le temps que nous allons laisser à la lumière pour entrer sur notre capteur ;

Ces deux paramètres sont donc étroitement liés et ceci pour une sensibilité ISO donnée.

triangle de la reussite

4 – L’ouverture du diaphragme sur quoi agit-elle ?

Il s’agit de la quantité de lumière que vous allez laisser rentrer sur votre capteur

Diaphragme

Situé dans l’objectif (voir le schéma ci-dessous) le diaphragme est un élément circulaire constitué de lamelles permettant de contrôler la quantité de lumière qui traverse l’objectif. Le Diaph agit aussi sur le rendu de profondeur de champ : plus l’ouverture est grande, moins la profondeur de champ est étendue, et inversement, plus l’ouverture est petite plus la netteté sera importante du premier plan à l’arrière-plan.

A savoir aussi qu’en fonction du nombre de lamelles, le rendu du flou de profondeur de champ ne sera pas le même. Plus un diaphragme a de lamelles plus il permet d’obtenir de beaux flous d’arrière plan.

Pour faire simple, la valeur de l’ouverture du Diaphragme (valeur f/) d’un objectif est caractérisé par un formule facile à retenir :

  • Petit chiffre (exemple f4) = grande ouverture = petite profondeur de champ
  • Grand chiffre (exemple f16) = petite ouverture = grand profondeur de champ

Encore une fois, ce n’est pas très académique, mais c’est efficace et c’est la seule chose à retenir !

La photographie s’appuie sur de nombreuses formules dignes des lauréats de Math sup, ce qui rebute la majeure partie d’entre vous, tout cela pour en arriver à des conclusions aussi simples que celle-ci : Il y a des valeurs préétablies d’ouverture de diaphragme qu’il est bon de connaître – comprenez et mémorisez ce tableau :

ouverture diaphragme photo

En pratique lorsque vous passez d’une valeur à une autre vous doublez la quantité de lumière qui arrive sur le capteur

5 – La vitesse d’obturation, c’est quoi ?

Rappelez vous le temps des bancs de l’école… Sérieusement demandez à vos enfants ou vos petits enfants de vous expliquer comment cela fonctionne :

1 minute = 60 secondes
1 seconde = 10 dixièmes de secondes
1 seconde = 100 centièmes de secondes
1 seconde = 1000 millièmes de secondes

vitesse d'obturation

Le paramètre de la vitesse d’obturation détermine la durée pendant laquelle la lumière va traverser l’objectif et atteindre le capteur. Il s’agit du temps où l’obturateur (pièce mécanique dans votre boîtier) va rester ouvert à partir du moment où vous déclenchez. On appelle cela le temps de pose ! Cette vitesse varie de 1/8000 à l’infini en fonction du boîtier.

Exemple : 1/300 de seconde est plus rapide qu’un 1/4 de seconde et laissera donc passer moins de lumière

Cette vitesse d’obturation a une influence sur le flou : flou de bougé ou de mouvement. Comme pour le diaphragme, l’échelle des vitesses est normalisée. Généralement, le passage d’une vitesse à l’autre revient à doubler ou diviser par 2 la quantité de lumière arrivant sur le capteur.

6 – Les poses longues : pose B ou Bulbe ?

La pose B est une pose longue durant laquelle l’obturateur reste ouvert tout le temps pendant lequel vous appuyer sur le déclencheur. Au moment où vous déclenchez le rideau s’ouvre et ne se referme qu’au moment où le déclencheur est relâché.

Ce mode est utilisé lorsque que les temps prédéfinis ne sont plus suffisants, c’est à dire au delà de 30 secondes. Cependant je ne saurais trop vous conseiller d’utiliser une télécommande et un trépied pour éviter de bouger l’appareil durant le temps où l’obturateur est ouvert. Ce mode est, par exemple, utilisé pour faire de la photo d’éclairs lors d’un orage…

orage mode bulbe photo

7 – Que faut-il pour une exposition correcte ?

Pour que l’exposition soit bonne, l’appareil photo doit correctement mesurer et interpréter la lumière disponible dans la scène photographiée afin de la convertir le plus justement possible. Savoir appliquer la bonne vitesse et la bonne ouverture est indispensable à une bonne exposition, autrement dit le “couple parfait”, vitesse/diaph… A ne pas confondre avec vitesse et précipitation 🙂  !!! 

Vous savez maintenant qu’il y a un posemètre (ou cellule) intégré dans nos appareils pour calculer la lumière réfléchie par notre sujet. Il fait le travail pour nous, alors pourquoi sans priver !

8 – Pourquoi dans certains cas la mesure se trouve t-elle faussée ?

Parfois la mesure de l’exposition faite par la cellule (posemètre) intégrée dans l’appareil peut être faussée. Cela est dû au fait que tous les sujets ne renvoient pas la lumière de la même façon.

La lumière réfléchie par le sujet dépend de sa nature, de sa matière, de sa surface et de sa couleur.  Par exemple, les éléments clairs réfléchissent beaucoup la lumière tandis que les sombres en réfléchissent peu. Après une pluie de printemps ( Et ce n’est pas ce qui manque ! Sourireprenez le temps de regarder la lumière que diffuse le vert tendre des nouvelles feuilles sur un arbre, vous comprendrez immédiatement que la lumière réfléchie à ce moment précis n’a rien à voir avec celle diffusée avant la pluie. Après la pluie, un rayon de soleil est un moment de rêve qui ravit nos yeux et nos capteurs.

Attention : 2 sujets très différents dans une même scène peuvent être la cause d’une mesure erronée.

9 – Comment corriger une exposition faussée ?

Pour corriger une mauvaise exposition, c’est évidemment sur un de ces 3 facteurs qu’il faut jouer : la vitesse, l’ouverture et la sensibilité. Cependant, nous avons vu que chaque facteur a sa propre influence sur l’image. C’est pourquoi il est important de bien choisir le réglage pour ne pas avoir de mauvaise surprise sur l’image : apparition de bruit dans le cas où la sensibilité est trop élevée, apparition de flou de bougé lorsque la vitesse est trop longue ou encore mauvaise gestion de la profondeur de champ avec un diaphragme réglé à une mauvaise ouverture.

Stage Photo France

Stage Photo France

10  – Quand utiliser la vitesse et quand utiliser le diaphragme pour corriger l’exposition ?

Se demander s’il faut changer l’ouverture ou la vitesse pour jouer sur l’exposition d’une image revient en quelque sorte à se demander s’il faut choisir le mode d’exposition “priorité vitesse” (S ou TV ) ou “priorité à l’ouverture” (A ou AV). 

Pour une photo de portrait, lorsque la profondeur de champ est un élément important de l’image, il est préférable de jouer sur la vitesse pour ne pas avoir à changer l’ouverture qui convient (par exemple f2.8 pour obtenir un arrière-plan flou).

Dans le cas d’une photo d’action, sur laquelle vous souhaitez figer le mouvement, la vitesse est l’élément que vous allez privilégier. La variation de l’exposition se fera alors en jouant sur la vitesse d’obturation. Notez aussi que, lorsque vous avez le choix, il est préférable de choisir des ouvertures de diaphragme moyen. La qualité des images est amélioré grâce à un meilleur “piqué”.

11 – Sur quoi agit le correcteur d’exposition ?

Le correcteur d’exposition (proposé sur tous les appareils photos) agit de manière mécanique sur la vitesse et l’ouverture. En activant une correction de +1IL, vous demandez en fait à votre appareil de surexposer l’image : en laissant passer 2 fois plus de lumière ou 2 fois plus longtemps par rapport à l’exposition de base que l’appareil avait indiquée en fonction de la luminosité mesurée par la cellule.

En mode “priorité ouverture”, la correction est possible en faisant intervenir soit une deuxième molette chez Canon ou un bouton « +/- »  (voir votre manuel d’utilisation pour les spécificités de votre boitier et l’explication ci-dessous), idem en mode “priorité vitesse”. En général vous avez le choix entre une correction de + ou – 1/2, 1/3 , 1 ou 2 IL (Indice de Lumination).

 Précision pour la pratique : en mode « priorité ouverture » vous choisissez l’ouverture de votre diaphragme, par exemple f4.0, pour obtenir une petite profondeur de champ. Votre appareil va donc choisir pour vous la vitesse et la sensibilité adaptée pour une bonne exposition suivant des moyennes savamment pré-calculées par notre boitier.

Hors dans certaines situations, l’exposition proposée (réglette à « 0 »)  n’est pas la meilleure notamment si nous sommes face à une lumière difficile. Pour cela vous allez pouvoir agir sur le correcteur d’exposition et  faire  une compensation de +1IL ou -1IL suivant si vous souhaitez sur exposer ou sous exposer légèrement votre image.

correction d'exposition NikonPour ce faire vous avez selon votre appareil photo une molette supplémentaire ou un bouton »+/-  (actionnez tout en gardant votre déclencheur à mi-course) pour intervenir sur la réglette (correcteur d’exposition) sans pour autant changer l’ouverture du diaphragme que vous avez choisi pour votre intention photographique. Cette compensation que vous allez définir « manuellement » sur le correcteur d’exposition va agir sur la vitesse définie au préalable par votre boitier en l’augmentant ou la diminuant.

Procédez de la même façon en « Priorité Vitesse » !

N.B : Attention quand vous éteignez votre appareil, en mode priorité vitesse ou ouverture, la correction d’exposition est mémorisée. Faites donc attention lorsque vous rallumez votre appareil.

12 – C’est quoi, l’indice de lumination ?

On emploie indifféremment 3 termes “Indice de Lumination”, “stop” ou “ IL”. Chacun de ces termes définit la même notion, c’est à dire “une certaine quantité de lumière” se traduisant par une correspondance entre l’ouverture de diaphragme et le temps de pose pour une sensibilité donnée.

Pour chaque indice de lumination il existe 12 couples ouverture / temps de pose qui vont représenter la même quantité de lumière arrivant sur le capteur.

Une augmentation de la vitesse est compensée par une augmentation de l’ouverture du diaph et inversement. Pour une sensibilité choisie, modifiez l’exposition (changez la quantité de lumière arrivant sur le capteur) revient à changer l’indice de lumination (qui varie de –9 à +22). Le passage d’un IL à l’autre (IL 0 à IL1 ou IL0 à IL-1) revient à doubler ou diviser par 2 la quantité de lumière.

lumière Aveyronnaise-17

Un exemple concret ! Pour obtenir une faible profondeur de champ comme sur cette image, il est nécessaire d’augmenter l’ouverture de votre diaphragme donc choisir un petit chiffre f/4 ou mieux f2.8. Il est donc nécessaire de diminuer le temps de pose pour ne pas laisser entrer une trop grande quantité de lumière sur notre capteur et avoir une image bien exposée) ! Pour avoir la même quantité de lumière sur le capteur, il existe donc plusieurs combinaisons possibles du couple “vitesse – diaphragme”  pour une même exposition.

Mais quel intérêt ?

On imagine que nous avons une correction correcte avec un couple vitesse/diaphragme : 1/125 avec une ouverture à f/11, vous obtiendrez la même quantité de lumière avec un couple 1/250 et une ouverture à f8. Explication : nous laissons passer 2 fois moins de lumière (de 1/125 à 1/250, vitesse 2 fois plus rapide) il faut donc augmenter l’ouverture du diaphragme en faisant rentrer 2 fois plus de lumière pour compenser la perte de diminution de la vitesse. Nous allons donc ouvrir d’un stop de f/11 à f/8.

Nous obtiendrons ainsi la même quantité de lumière sur le capteur mais nous réduirons la profondeur de champs.

indice de luminance

De même, nous obtiendrons la même quantité de lumière avec les couples 1/500–f5.6 et 1/1000–f2.8 mais cela nous offre la possibilité de modifier le rendu de notre image en jouant sur la profondeur de champ.

Important : comment choisir le bon couple vitesse / diaphragme, si tous les couples donnent la même exposition ?

Facile, tout dépend du résultat que nous souhaitons obtenir. La vitesse et le diaphragme sont des éléments incontournables pour obtenir la bonne exposition, mais ils ont des répercussions également sur le rendu de notre image. Vous avez compris : le diaphragme joue sur la profondeur de champ, c’est à dire l’étendue de la netteté du 1er à l’arrière-plan de notre photo. De son côté, la vitesse joue sur le flou de bougé du sujet. Si vous photographiez un skieur en pleine vitesse, les différentes valeurs de vitesse auront une répercussion sur sa netteté à l’image.

13 – Jouer sur le correcteur d’exposition a t-il le même effet que de changer la sensibilité ISO ?

Lorsque vous demandez à votre appareil photo d’appliquer une correction d’exposition, elle n’agit pas sur la sensibilité ISO du capteur. Le correcteur modifie soit la vitesse soit l’ouverture pour  sur ou sous exposer. Dans le cas où vous montez ou descendez la sensibilité du capteur, l’appareil refait une mesure de la quantité de lumière de la scène photographiée et choisit un couple vitesse/diaph permettant d’obtenir une bonne exposition. Lorsque la sensibilité passe de 100 à 200 ISO par exemple une bonne exposition est obtenue en divisant la quantité de lumière traversant l’objectif par 2. Pour cela, vous fermez le diaph ou vous augmentez la vitesse d’obturation.

14 –  Mon image est sous exposée ?…

Le diaphragme est ouvert au maximum mais en diminuant la vitesse d’obturation, j’ai peur que mon image soit floue

Dans ce cas, vous augmentez la sensibilité du capteur. En passant de 100 à 200 ISO vous gagnez une valeur d’ouverture. Si vous considérez que la sensibilité est déjà trop élevée et que vous ne voulez pas voir du bruit électronique sur l’image, l’utilisation d’un trépied est une bonne alternative puisqu’elle permet de diminuer la vitesse d’obturation tout en conservant une image nette. Si vous n’avez pas de trépied, le flash est la meilleure solution pour augmenter la luminosité de la scène.

Manfrotto Compact Action Kit de Trépied + Rotule + Manette 5 sections Noir

Image trépied :

15 – Un problème concret ?… Et sa solution !

Je voudrais une très grande ouverture en plein soleil pour avoir une faible profondeur de champ, mais en sélectionnant la vitesse d’obturation la plus rapide, mon correcteur d’exposition (réglette dans le viseur) indique une surexposition…

Si peu d’appareils atteignent cette vitesse, la vitesse d’obturation la plus rapide pour un appareil photo peut être de 1/8000s. Lorsque, avec cette vitesse, votre appareil vous indique que l’image va être surexposée il ne reste plus qu’à fermer le diaph. Mais, si vous souhaitez obtenir la plus faible profondeur de champ possible (notamment pour un portrait) il est impératif de travailler à la plus grande ouverture. Dans ce cas, vérifiez la sensibilité et diminuez la autant que vous le pourrez.

Si ce n’est pas suffisant, vous pourrez utiliser des filtres de densité neutre. Placés devant l’objectif, ces filtres permettent de diminuer la quantité de lumière qui passe à travers l’objectif.

En conclusion

Vous l’avez compris, une bonne exposition est de savoir jongler avec la vitesse, l’ouverture et la sensibilité ! Ces 3 paramètres sont les véritables bases de la photographie, tant au niveau technique que pour laisser libre cours à votre créativité. Je vous conseille de mettre en pratique les nombreux points que contiennent cet article, soyez curieux et approfondissez chacun d’entre eux les uns après les autres.

… Si cet article et sa présentation sous forme de questions/réponses vous a plus, merci de laisser un commentaire ci-dessous !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Recherches utilisées pour trouver cet articleformule pour compenser lexposition photographique

12 commentaires à propos de “Comment maîtriser facilement l’exposition de ses photos ?

  1. Bonjour Christian

    Ce genre d’article « question-réponse » est une nouvelle approche qui permet dans un même contenu d’apporter des réponses aux lecteurs de niveaux différents dans l’apprentissage de la photographie. Chacun devrait pouvoir trouver les réponses et des solutions à certains problèmes qui sont un véritable blocage dans l’apprentissage de la photographie. Merci Christian et bonnes photos !

  2. WOW,
    excellent article qui apporte, de façon claire et concise, beaucoup d’information pour tous les niveaux de compétence. Bravo
    Petite erreur cependant ??: À la question 11 (correcteur d’exposition)… je croyais qu’en priorité Ouverture… la correction se ferait sur via la Vitesse (et non pas via le diaphragme) pour conserver l’Ouverture choisie comme prioritaire…
    et même raisonnement pour la priorité Vitesse..
    ai-je bien compris ?

  3. Je suis d’accord avec toi Claude pour le point 11.
    En priorité ouverture l’ouverture du diaphragme est fixée par le photographe et l’appareil adapte la vitesse (avec ou sans correction IL)
    En priorité vitesse la vitesse est fixée par le photographe et et l’appareil adapte l’ouverture du diaphragme (avec ou sans correction IL)

  4. Bonjour Claude et Tofe,

    Merci pour votre intervention sur la correction d’exposition en mode « priorité ouverture » et « priorité vitesse ». Je vous propose de retourner à la question 11 où je vous donne les précisions nécessaires pour comprendre comment l’on peut compenser l’exposition dans ces deux modes « semi automatique »
    N’hésitez pas à intervenir c’est ainsi que l’on fait vivre ce blog ! Bravo et à très vite
    Marie-Ange

  5. Bonsoir Marie-Ange,

    Super cet article, à lire et à relire sans modération.
    Dans un premier temps parce que digeste comme il faut…, les ingrédients sont là à notre disposition pour aller vers la réussite ou au moins pour améliorer dans nos prises de vues.

    Un grand merci
    Daniel

  6. merci pour ces explications très lumineuses! je venais d’écouter la vidéo 13 de Laurent , et ceci était bien complémentaire.
    bonne soirée

    1. Bonjour et merci Annick
      Ma mission est donc accomplie !
      Laurent a une bonne vision généraliste de la photo. Ce blog Apprendre la photo de voyage est comme son auteure ( moi ) spécialisé dans la photo de voyage et la photo « de terrain » même si je traite de sujet sur les bases de l’apprentissage de la photo, il faut en passer par là
      Nous sommes donc complémentaires ! Parfait !
      Bonne journée et bonne photo  » du côté de chez nous « 

  7. Bonjour Marie Ange,

    Article intéressant et bonne piqûre de rappel concernant l’exposition.
    Un détail me chagrine un peu tout de même.
    Dans ton exemple concret (les coquelicots) tu écris :
    Plus on augmente l’ouverture (pour obtenir une plus grande profondeur de champ) plus… sauf erreur, le fait d’augmenter l’ouverture a pour effet de réduire la profondeur de champ et inversement… c.est une coquille ou j’ai loupé quelque chose ?
    Bonne journée

    Alain

    1. Bonjour Anne
      Merci pour ton commentaire !
      Le partage de son expérience fait partie de la vie, pas seulement photographique ! 😉
      A très bientôt
      Marie-Ange

Laisser un commentaire