L’or du Mékong

Pour comprendre le fil d’Ariane de mon défi “1 image, 1 histoire”, commencez par lire la genèse de l’aventure et pourquoi je vais vous raconter 52 histoires en 52 photos, soit, vous l’aurez compris, 1 anecdote par semaine pendant un an pour vous raconter mes 20 ans de voyages et l’importance des images dans la vie de chacun d’entre nous. Vous aimez les histoires ? Vous aimez la photo ? Ecrivez la vôtre, joignez-y votre photo et envoyez-les moi ! Chaque mois, je publierai également l’un de ces récits. Nos souvenirs sont trop beaux pour rester au fond d’un placard et si vous faites des images, c’est pour les faire vivre !

Aujourd’hui je donne la parole à Claudine !

 

J’ai rencontré Marie-Ange il y 2 ans, près d’Angkor…  Accompagnées de nos moitiés respectives, nous avons partagé notre passion des voyages et, un matin, nous avons embarqué sur le même bateau*. La photo de ce jour-là est celle du profil de Marie-Ange (avec Bob) et je ne suis que la compagne de celui qui l’a prise. Je ne suis pas photographe mais ma vie professionnelle ne relève pas moins d’une passion, celle du spectacle vivant. Mon compagnon et moi avons découvert le Laos il y a 15 ans. L’année dernière, lors d’un nouveau voyage, une opportunité professionnelle s’est présentée à lui et nous avons décidé de nous y installer. Sans regrets, car j’aime sincèrement ce pays et son peuple, même si je m’y sens quelque peu désœuvrée. Je traîne souvent sur la toile alors quand j’ai trouvé le défi “1photo/1histoire“, sans hésitation aucune, j’ai triché ! J’ai retrouvé cette photo que Marie-Ange m’avait donnée et j’ai tiré ces quelques lignes de mon propre vécu. Cocteau disait des poètes qu’ils sont des mensonges qui disent toujours la vérité et les photos de Marie-Ange sont, à mes yeux, autant de poésies.

*Quand j’y repense aujourd’hui, je me dis que c’était inévitable, c’était écrit. L’amitié aussi est enfant de Bohême.

Episode 6/52 

 

voyage photo Mékong Laos web

Texte : Claudine D, Laos – Photographie : Marie-Ange PERNEY, Nulle part ailleurs

J’ai trouvé de l’or, ce matin là, au Laos.

C’est presque trop facile d’en prendre plein les yeux au pays des merveilles et le Laos est une destination de choix pour la chasse au trésor d’un voyageur photographe ! Mais je ne veux pas vous parler de cet or qu’on trouve là bas à tous les coins de rue, qui recouvre les toits des innombrables pagodes et habille les statues. Le Mékong entre au Laos par le Triangle d’Or et il faut bien que je vous dise aussi qu’il est réellement aurifère – l’activité d’orpaillage y est exercée par une poignée de femmes – mais ces deux points relèvent, ici, de l’anecdote.

Quand vous saurez que les Lao l’appelle Mae Nam Khong, la “Mère des Eaux“, vous n’aurez encore qu’une toute petite idée de ce qu’il représente pour tous les habitants de ce pays enclavé au cœur des montagnes et d’autant de forêts luxuriantes…

Je pourrais vous parler de la richesse ethnique et culturelle du Laos, des milles sourires échangés chaque jour…  Mais ce serait mentir, par omission, de ne pas vous dire aussi que sa population, rurale en très grande majorité, vit dans la plus grande simplicité, bien loin de la frénésie de l’or. Le produit de leurs activités de subsistance, la pêche et l’agriculture, satisfait leurs besoins et les bienfaits d’une nature généreuse suffisent à leur bonheur. Mae Nam Khong n’est jamais bien loin et leurs journées s’écoulent, pleines de sérénité, de joie de vivre, au fil de l’eau et des saisons.

Au Laos même les villes ont des allures de village et la nuit y est plus profonde que vous ne pourrez l’imaginer. La navigation et la vie diminuent de concert, tous les soirs, avec les dernières lueurs du jour. En campagne, le danger est réel, de perdre son chemin dans le noir et la nuit, seuls les esprits vagabondent.

Je n’ai jamais ressenti plus qu’ici, aux aurores, ce lien étrange entre la nuit qui s’estompe et le jour naissant. Aux premières lueurs de l’aube, les couleurs sortent de l’ombre et c’est un peu comme si la Vie toute entière accordait ses instruments. L’orchestre est toujours le même. La partition semble éternelle. Pourtant chaque matin, quand le soleil quitte l’horizon des montagnes pour se baigner dans les eaux du fleuve, c’est une nouvelle symphonie qui commence. Quelquefois, comme ce jour là, c’est un véritable disque d’or…

La photo, c’est un peu des couleurs en musique. Si cette chanson vous a plu, ajoutez-y une petite note personnelle,

votre commentaire ci-dessous sera toujours bienvenu...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Un commentaire à propos de “L’or du Mékong

  1. Beau témoignage d’amitié pour Marie-Ange………. d’amour pour le Laos……… plein de poésie ……….. et une superbe photo toute teintée d’or !!!!!

Laisser un commentaire