Bora Bora ou le Paradis perdu

Pour comprendre le fil d’Ariane de mon défi “1 image, 1 histoire”, commencez par lire la genèse de l’aventure et pourquoi je vais vous raconter 52 histoires en 52 photos, soit, vous l’aurez compris, 1 anecdote par semaine pendant un an pour vous raconter mes 20 ans de voyages et l’importance des images dans la vie de chacun d’entre nous. Vous aimez les histoires ? Vous aimez la photo ? Ecrivez la vôtre, joignez-y votre photo et envoyez-les moi ! Chaque mois, je publierai également l’un de ces récits. Nos souvenirs sont trop beaux pour rester au fond d’un placard et si vous faites des images, c’est pour les faire vivre !

Episode 5/52 – Bora Bora ou le Paradis perdu

 

Bora bora

Bora bora

Je survole une carte postale, un décor naturel tellement beau qu’il semble trafiqué par Photoshop.  La réalité peut dépasser la fiction et la photo de ce joyau délicatement posé au milieu de l’Océan pacifique est une preuve que la Nature à des dons exceptionnels pour nous émerveiller. Quand on arrive à Bora Bora en avion, on peut se demander quel logiciel de retouche a pu être utilisé par le créateur de l’univers.  L’image semble irréelle. A croire que les curseurs de saturation des couleurs sont à leur maximum : des dégradés de bleu du lagon au vert des cocotiers trop arrosés d’engrais…

Je me suis souvent posé la question de savoir comment Paul Emile Victor a pu consacrer sa vie à des aventures polaires extrêmes, des paysages blancs du Groenland à ceux de la Terre Adélie, mais je ne me suis jamais demandé pourquoi il tomba si rapidement amoureux de la Polynésie Française

Au fil des jours, j’oublie ces clichés aériens de paradis terrestre pour me plonger dans l’Océan Pacifique. Contrairement à mon habitude, j’en explore les fonds sous-marins et je m’éloigne un peu de la nature humaine. Je découvre la dimension “aquatique“  de la terre. Et un grand nom me vient à l’esprit : le commandant Cousteau qui a voué son existence aux océans, au monde du silence.

Un bouteille à la mer, un détendeur ou simplement un masque et un tuba suffiront pour côtoyer raies Manta, requins, poissons perroquets qui évoluent au milieu des champs de coraux.

Quand j’ai décidé d’aller passer quelques mois en Polynésie, je pensais m’y installer. Mais les paysages enchanteurs ne suffiront pas à en faire “mon paradis”. Le paradis existe pour ce que l’on en fait. Le paradis se trouve où l’on se sent bien, où l’on a  le sentiment de se sentir chez soi. L’archipel de la société ne sera pas mon paradis. J’ai cru le trouver sur une île de l’océan Indien durant 7 ans et puis c’est devenu le “paradis perdu”.

Grande voyageuse devant l’éternel, j’ai parcouru un bonne partie du globe pour le trouver ce petit coin où j’aurais tant de plaisir à revenir après chaque aventure du bout du monde. Et là je vais peut-être en décevoir certains, je l’ai trouvé mon paradis pour un temps, une étape de ma vie …… Et il se trouve au milieu de la nature, dans une maison de pierres sèches, entourées de collines verdoyantes au fond de l’Aveyron que je ne connaissais pas ……. En France ! Et peu important, si ça casse mon image, si ça ne fait pas assez exotique car le paradis n’existe pas, c’est un état d’esprit !

Pour aller plus loin, devenir un photographe créatif et faire des photos qui sortent du lot, cliquez ici !

visuel-sous-les-articles-sur-la-creativite

si ces quelques lignes vous ont plu, si vous avez votre petit coin de paradis, laissez moi un commentaire ci-dessous 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Un commentaire à propos de “Bora Bora ou le Paradis perdu

  1. Je suis d’accord. BORA BORA carte postale … des bleus, verts , turquoises que je n’ai pas trouvé dans ma boîte voyageuse d’aquarelle..et je ne remercierai jamais assez mes Amis pour m’avoir invitée sur leur bateau : nager dans cet aquarium (un petit requin qui passe entre tes jambes -hola! ton cœur s’emballe!!), s’endormir sur ces eaux bleu lagon protégée par une barrière de corail.. en spectacle, les brumes, les levers, les couchers de soleil flamboyants … moments intenses et envoûtants …
    Le cœur se rempli de bonheur (s)…

    Moi aussi je voulais bien y rester quelques temps pour trouver mon coin, pour vivre autre chose pour un nouveau départ … mais après y être resté un mois sur une ile voisine, j’ai vu l’envers du décor !
    Comme vous l’écrivez Marie-Ange le « Paradis  » tout prêt , ou dans des décors de rêve n’existe pas. Je l’ai compris aussi.
    Et en ce moment, idem. je le cherche mon coin « Paradis » et je sais que je vais le trouver , ici dans notre Belle France.
    Et de notre coin « Paradis » nous pourrions toujours nous envoler pour Bali la belle bleue, verte, turquoise !!! et autres beautés !!!

    si… si … si les Clubs de Vacances, les touristes décident de bien préserver, respecter cette nature généreuse,
    ces lieux magiques. Et pas que là-bas !
    Certains ont hélas laissés des villages entiers « abandonnés » sur ces Iles qui attristent beaucoup les Polynésiens (et moi aussi).

    Soyons « POSITIFS ».. Divulguons nos Photos pour montrer que Madame NATURE est BELLE et que nous avons besoin d’elle…

    J’ai été un peu trop longue, Non ??? Alors, désolée. Je m’emballe quand je parle d’elle… (rire)

Laisser un commentaire